Bio

Bio

Avant-propos qui peut claquer entre deux toasts : j’ai écrit pour Arte.tv une chronique sur la grossesse en milieu artificiel. C’est ici.

J’ai mis beaucoup de temps à me réconcilier avec les magasins bio – et pour cause : les deux magasins bio que j’ai fréquenté durant plusieurs années, d’enseignes différentes, étaient des maisons de fous. Je tiens à préciser, à l’attention de l’association française des magasins bio, que je ne tire là aucune généralité sur les magasins bio de l’hexagone. Je veux bien même admettre qu’il n’y ait que deux magasins bio de cinglés en France – dans ce cas, ils sont dans les Alpes Maritimes, j’y ai souffert et tremblé pendant presque un an et demi en tant que client.

(suite…)

Hadopi : Sommes-Nous des Boeufs ?

Hadopi : Sommes-Nous des Boeufs ?

banbb

Suite à mes articles et dans lesquels j’encourageais une action plus signifiante en opposition à Hadopi, j’ai finalement choisi personnellement la date du 31 Mars, jour de la reprise des débats, pour fermer les rideaux complètement. Un tel délai, si vous vouliez aussi l’adopter, laisserait assez de temps pour une large mobilisation.

Et un petit détail résonne dans un coin de ma tête : pourquoi nous sentons-nous si peu dangereux, si inoffensifs en cas de mobilisation générale ? N’avons-nous pas créé Mickael Vendetta ? Ne coûtons-nous pas des millions d’euro à l’industrie du disque ? Est-ce juste Français, ou juste générationnel, de ne pas oser espérer pouvoir foutre le bronx du siècle sur Internet ? On est est chez nous ou pas ?

(suite…)

Cindy Sander, La Schpounzette

Connaissez-vous l’histoire du Schpountz, popularisée par Fernandel ? C’est l’histoire d’un gentil gars de Province, rêvant de célébrité, qui, un beau jour, se fait prendre en sympathie par une bande de Parisiens du « Show Bizz » grinçants et rieurs, qui abuseront de sa naïveté en lui faisant croire à son talent là ou tout n’était que moqueries. Regardez cet extrait et je vous explique après :

Toute droit venue de son Strasbourg natal, la jeune Cindy Sander, d’abord recalée par le Jury de la Nouvelle Star, puis récupérée, essorée, maquillée, trimballée recyclée en single M6 Interactions, est la nouvelle Schpounzette.
A voir, lors du dernier prime de « La Nouvelle Star », le ton condescendant et cynique de Virginie Elfira à la fin du playback pathétique de la strasbourgeoise. Tout le monde s’amuse bien de la demoiselle. J’avais l’impression de revoir le Schpountz. Quelques réflexions :

– La grande justification des équipes de prod et attachées de presse responsables de ce « buzz » Cindy Sander est de dire que c’est un « jeu réciproque », qu’en réalité Sander sait se donner aux journalistes et en profite bien. C’est faux. Cindy ne gagne pas d’argent pour l’instant, et les magazines, M6, ayant fait grand renforts de pub durant l’émission annonçant la pauvrette, et l’ensemble du dispositif autour d’elle se rincent.

– Je signale que le compagnon de Cindy a quitté son emploi en usine pour faire « manager ».

– Quelque soit le niveau de Cindy, elle vendra plus de singles que l’ensemble des candidats de cette saison réunis.

– Le Jury collabore à cette exposition pathétique de la Strasbourgeoise. André Manoukian lui déclame un poème volontairement grotesque, paisiblement sûr qu’elle ne comprendrait rien.

– M6 a voulu trouver cette année son Sanjaya Malakar à elle, le candidat de la saison 6 d’American Idol, désarticulé et crécelle, que le public avait dangereusement plébiscité selon toute logique musicale sous l’impulsion du radio host Howard Stern. Formidable booster d’audience. A la différence près que Malakar était un grain de sable dans la mécanique, et que cette fois-ci le grain de sable fait partie intégrante de la mécanique. Humiliation -> Buzz -> Production.

– Un jour, cette surenchère, cette incompétence généralisée de la production française, sera stoppée net par un suicide. A titre d’exemple, le suicide d’une coiffeuse de province a qui on aurait fait croire au succès, dont le petit ami aura lâché son taff pour se lancer à corps perdu vers la lumière. Des émissions auront lieu, des débats, on brandira les titres « la télé réalité a-t-elle été trop loin ? », « le miroir aux alouettes s’est-il cassé ? », et la cocotte minute aura relâché un peu de pression. Malheureusement il faudra en arriver là pour que les gens comprennent.

– Quoi qu’il en soit, malgré tout ce cynisme, ce parisianisme, ces moqueries, le résultat net de l’opération Sander sera pour les productions M6 une source supplémentaire de revenus et une opération « satisfaisante ».

Le Génial Césaire

Le Génial Césaire


Aimé [tag]Césaire[/tag] m’impressionne toujours. Certains d’entre vous ne le connaissent pas, l’ayant juste aperçu serrer les paluches des politiciens lors de leurs voyages électoraux aux [tag]Antilles[/tag]. Ne sous-estimez pas ce vieillard sourdingue, c’est un poète majeur, un combattant, un écrivain entré en politique qui aura cristallisé par le biais de son concept de “[tag]négritude[/tag]” tout le malaise du peuple antillais.
François [tag]Fillon[/tag], notre premier ministre, est actuellement en vacances tournée aux Antilles, accompagné de quelques-uns de ses ministres.

De ce protocole coincé et peu chaleureux, je ne retiendrai pas Fillon qui a la bonne idée de parler de lui et de ses petits problèmes (“Il est difficile d’être le 1er adjoint”), mais les phrases prononcées par Césaire, qui sont toujours belles et justes.

“La [tag]Martinique[/tag] est pauvre, petite, angoissée, mais toujours espérante. C’est un modèle réduit du monde actuel.[…]Les petites choses sont embarrassantes, c’est vrai. Mais nous avons une certaine importance. […] Nous sommes le symbole de quelque chose, le symbole de la vieille France, de la vieille politique, de l’espérance et de l’avenir.”

Comprendre : ok en l’avenir, mais ce que nous sommes, nous le sommes aussi devenu grâce et à cause de la France.
Fillon aimerait faire passer le message, les Antillais doivent faire face à leurs responsabilités, la grande vague sarkozy doit aussi atteindre les rivages des [tag]Caraïbes[/tag].
Mais est-ce si simple. Est-il si facile aujourd’hui de professer aux Antilles Françaises les vertus de l’exportation et d’une certaine autonomie de production, après deux siècles de couveuse et d’assistanat infantilisant ? Le débat est trés complexe.

Et j’ai aimé Césaire, vieux chat malicieux, dire à la brochette de ministres devant lui :

Nous comptons sur vous. c’est grâce à vous que nous survivons.

Il n’est pas de son habitude d’être si complaisant avec ses interlocuteurs.
Il faut relire la phrase : notre territoire d’Outremer survit grâce à vous. Notre territoire d'[tag]Outremer[/tag] est en situation de survie, et vous êtes lié à nous.

Amusant face à face avec le premier ministre qui parlait lui-même il y a quelque temps d’un pays en situation de faillite.

Archive Video de la visite de Fillon en Martinique sur TF1 :
http://videos.tf1.fr/video/news/france/0,,3674746,00-francois-fillon-martinique-.html
Aimé Césaire sur wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aim%C3%A9_C%C3%A9saire

consequat. ut id sem, massa Aenean Lorem ut dapibus suscipit felis