Riviera Détente

#6.5 – Rivieros et Castos

La loi… C’est que t’es considéré comme non célibataire à partir du moment où on est cinq. Patrick Patrick

Un épisode en arrêt maladie pour Henry Michel et Patrick Patrick. On débriefe les retombées formidable de l’épisode 6, l’annonce du PREMIER RIVIERA DETENTE EN PUBLIC (vous pourrez venir), un hommage à la journée des droits des femmes, de l’humour etc., ainsi que la présentation exhaustive par Patrick d’une espèce extraterrestre à 5 sexes.
CLIQUEZ ICI POUR LA RETRANSCRIPTION

Riviera Détente #6.5 – Rivieros et Castos

* Générique musical en fond *

PATRICK – Riviera Détente… avec… Henry Michel… Je suis… Patrick Patrick. En direct… de la lambdaaaaaiaaaaa…
HENRY ET PATRICK – hihihi
PATRICK – J’y arrive pas.
HENRY – Le métier du boulanger c’est de faire de délicieux petits pains. Celui du pâtissier, de-des merveilleux petits-petites petits gâteaux. Celui du fleuriste, de vous offrir les plus belles fleurs et les plus beaux bourgeons. * pause * Notre métier à Riviera Détente, depuis le soleil du sud, depuis notre belle riviera, c’est de dilater vos membranes pendant quelques dizaines de minutes, quels que soient notre humeur ou notre état de santé -* en riant * notre état de santé qui est catastrophique aujourd’hui. Euh moi personnellement y a-hier soir je-j’ai fait un très très gros Twitch, qui a été un peu furieux, tu vois ? T’sais pas c’que c’est les Twitchs Patrick ?
PATRICK – Bin maintenant si, mais avant non.
HENRY – C’est quoi alors ? Exactement ? hahaha
PATRICK – Exactement, c’est quand tu joues à un jeu vidéo…
HENRY – Ouais…
PATRICK – … que t’es filmé…
HENRY – D’accord.
PATRICK * d’un air très sûr de lui à la fin de la phrase * – … et que les gens contre ou avec qui tu joues sont filmés.
HENRY – Hahaha non, pas du tout, non. C’est des gens qui ne jouent même pas au jeu.
PATRICK – Ah ouais, j’croyais qu’tout le monde jouait.
HENRY – Non, ils viennent juste regarder un jeu…
PATRICK – D’accord !
HENRY – Me regarder jouer. Et on parle, on parle avec eux.
PATRICK – D’accord.
HENRY – Par exemple, c’est comme si tu venais chez moi à l’époque où y-j’avais une console…
PATRICK – M-mh ouais.
HENRY – … et j’te dis euh vas-y regarde-moi jouer.
PATRICK * en riant * – Et t’as pas le droit de jouer toi.
HENRY – Eh bin on s’marrait en f’sant ça, on f’sait-on f’sait drive. Driver, ça s’appelait ?
PATRICK – Je sais plus moi…
HENRY – On f’sait un jeu d’voitures on rigolait on s’mettait… c’était un ancêtre de GTA
PATRICK – Ah oui, on… on… en fait on… héhéhé
HENRY – Hihihi
PATRICK – On suivait de très très près des personnes qui marchaient dans la rue.
HENRY – Mais t’sais qu’je l’fais maintenant dans GTA5 ça !
PATRICK – Hahaha
HENRY – Ahlala. Tout part de là hein, tout part de là. On espère que vous allez bien les-les Rivieros. Euh… moi j’ai la membrane aux chevilles, donc chuis-chuis fatigué. Peut-être Patrick ça va être un épisode 6.5 en fait.
PATRICK – M-mh.
HENRY – Parce qu’on a tellement de choses à traiter de… des retombées, des retours de l’épisode précédent, bin que… que déjà ça va bien nous occuper. D’accord Patrick ?
PATRICK – Allez, analyse !
HENRY – Il est tout bien sur sa p’tite chaise ! Il est tout…
* Patrick rit du nez *
HENRY – Il est tout droit. Bonjour Monsieur le notable !
PATRICK – Bonjour
HENRY – Hahaha avec sa montre en gousset héhéhé
PATRICK – Bienvenus dans les bureaux
HENRY – héhéhé Houuuuu… Enfin Patrick il s’la pète un peu parce qu’il s’est mis à Twitter, depuis qu’on fait Riviera Détente, parce que j’le r’chambre à chaque épisode qu’il n’twitte pas mais ça y est là, * en riant * il commence à s’y mettre hahaha.
*PATRICK rit *
HENRY – Et c’est pour moi j’ai l’impression d’voir ma mère se mettre au snowboard.
PATRICK – M-m-mh… D-d-deux fois par mois.
HENRY – C’est-à-dire qu’chuis content, mais c’est rigolo. Mais même s’il le fait bien ! C’est comme s’tu vois ta mère en-e-qu-faire du snowboard et commencer à faire un peu des 180 et tout.
PATRICK – Faire des virages ouais, c’est ça.
HENRY – Ouais, un bon virage quoi tu vois, stylé et tout.
PATRICK – Ouais. Voilà. M-m-m
HENRY – Donc euh, t’es cont… elle le fait bien, mais c’est-tu peux pas t’empêcher de rigoler. Et j’adore, ça me fait trop rire * riant *.
PATRICK – Hahaha…
HENRY – Alors il commence à m’envoyer des trucs en disant euh « Putain y a des trucs j’ai pas compris sur Twitter vas-y, et euh… C’qui fait beaucoup rire dans l’approche Twitter de Patrick c’est que, il en est au stade où il like tout c’qu’il lit.
PATRICK – Oui, exactement.
HENRY – hahaha Alors je sais pas si c’est pour te rappeler que tu as lu le tweet, ou si c’est pour dire « Bien lu ton tweet ».
PATRICK – Oui, exactement, parce que en fait…
HENRY – Hahaha
PATRICK – … je, j’ai bien lu ton tweet…
HENRY – Hahaha !
PATRICK – … et je te remercie de l’avoir publié-héhéhé
* rires *
HENRY – Enfin bon y a plein d’gens qui font sûrement ça hein ! Mais euh, c’est systématique mais quand c’est pas intéressant, du genre euh, je réponds à quelqu’un d’autre un truc sur toi tu fais « like » genre « j’ai bien vu c’que t’as écrit sur moi ».
* rires *
PATRICK – « Je suis bien immiscé. »
HENRY – Hahaha
PATRICK – Eh oui.
HENRY – Voilà. Ca m’fait rire ça ce côté euh « c’est pas encore ???. Ça m’rappelle quand j’étais -putain j’ai-j’ai honte de cette anecdote, j’l’ai jamais racontée à personne. Le premier jour que j’ai eu un scooter, tu sais…
PATRICK – Hmmpf… * rire étouffé *
HENRY – Mais tout l’monde était ok que j’aille rouler avec mais pour moi c’était quand même assez énorme parce que j’savais pas trop… y avait des trucs que j’savais pas trop… comment ça marchait quoi tu vois ?
* PATRICK acquiesce *
HENRY – J’avais compris l’accélérateur et tout, mais y avait un truc que j’savais pas c’est qu’j’avais vu que quand t’allumais les phares, ça f’sait rouge derrière eeeet… rouge derrière et ça f’sait d’la lumière devant.
PATRICK – Ouais.
HENRY – D’accord ? Mais j’voyais qu’au feu rouge, toutes les voitures faisaient r… faisaient rouge derrière…
* rire de PATRICK *
HENRY – Et donc je te JURE que c’est vrai…
PATRICK – Tu allu… HAHAHAHA
HENRY – à chaque… à chaq… à…
PATRICK – HAHAHAHAHAHAHOUHOUHOUHOUHAHAHAHA !
HENRY – À chaque feu rouge j’allumais les phares pour faire la lumière rouge derrière, et quand ça redémarrait…
PATRICK – Hahaha noooon
HENRY – Quand ça redémarrait j’éteignais. J’ai fait ça pendant, j’sais pas…
PATRICK – Ohlala…
HENRY – …trois jours, sérieusement trois jours. Jusqu’au jour où j’suis rentré un soir…
PATRICK – Hahaha pffff…
HENRY – … et j’appuie sur le frein et j’vois qu’ça fait rouge derrière, et j’ai remarqué que quand t’appuyais sur le frein ça f’sait rouge.
PATRICK – Hahaha !
HENRY – Et c’tait pendant trois jours !
PATRICK – Hahaha génial
HENRY – Et j’trouvais ça super dur à gérer parce que tu pilais un peu, tu piles et en plus tu dois appuyer sur le phare pour allumer la lumière rouge derrière quoi…
* rires *
HENRY – Donc, c’est exactement toi avec euh… avec les « like », dire bon « Ohlala, j’ai lu l’tweet il faut qu’je like ! ». Mais euh, c’est drôle parce que j’te vois commencer à app… j’te vois commencer à prendre goût au truc, et c’est très très mignon. C’est comme un co- voir un copain s’mettre au crack quoi tu vois ? T’as… un… tu vois tu vis dans un kamtar, t’es un vieux d’la vieille de technival depuis des années, tu vois le, ton, ton jeune cousin qui vient d’l’école de commerce et qui commence à prendre du crack pour la première fois…

* Latino music playing *
HENRY – Riviera Détente, de Saint-Tropez à Monaco en passant par Vaulx-en-Bringue.
* Latino music playing *

HENRY – Alors Patrick tu sais que dans l’épisode précédent on avait invité les auditeurs à… retranscrire les épisodes.
PATRICK – Ouais… ?
HENRY – Alors pour deux raisons. Enfin, la deuxième, la deuxième j’lai découverte après. La première c’était pour faire comme les américains et avoir les épisodes euh… en mots, pour euh… le référencement et tout de… tu vois, pour avoir des portails de podcast et ou alors les logiciels de demain et tout, et j’ai découvert après que… ça avait euh, que ça pouvait être génial pour les malentendants.
PATRICK – Mmm.
HENRY – Aux États-Unis, y a tout un truc, un label pour les podcasts qui sont retranscrits pour les malentendants pour qu’ils puissent rigoler avec toi.
* rires *
HENRY * en riant * – Pourquoi tu rigoles ? Nan mais c’est… j… c’était pas mon premier but mais euh ça m’intéresse de voir le truc, et euh parce queeee, parce qu’y a pas d’raaïson, c’est vrai queee …
PATRICK – Prrrfl parce que-qu’ils ont des droits comme les autres.
HENRY – Hihi, ils peuvent rigoler tout à fait à notre humour. Euhmmm voilà.
PATRICK – Hoho.
HENRY – Alors. Bref j’ai lancé l’appel aux auditeurs, et figure-toi Patrick, qu’en 72 heures, les SIX épisodes de Riviera Détente étaient retranscrits.
PATRICK – Ah ouais.
HENRY – C’est un truc de fou.
PATRICK – Mm.
HENRY – Tu t’en fous ?
PATRICK – Non pas du tout.
HENRY – Tu t’rends pas compte du travail que c’est ?
PATRICK – Si, c’est énorme ! Ah non non mais…
HENRY – Attends, alors on a tout divisé en slots de dix minutes, on a mis ça sur Google Docs, les gens se sont coordonnés, se sont posés, ils ont tous respecté les trucs euh les timings, les engagements, ils se sont notés les time code entre eux y a eu des groupes de travail B et A pour seconder ceux qui étaient en retard, ils s’contactaient entre eux sans, sans passer par moi en disant « Salut, chuis l’groupe B, si tu veux qu’je t’… ». Et, à la fin ils ont tout livré, tout, j’étais, tu peux pas savoir comme j’étais ému quoi. On a TOUS les épisodes en scénario.
PATRICK – Mm. C’est génial.
HENRY – Chais pas s’t’imagines…
PATRICK – Ouais.
HENRY – … le nombre d’applications qu’on va pouvoir faire de c’truc ?
* rire *
HENRY – Alors c’est un peu dur à domestiquer en fait, y a plein d’trucs. Faut pas tout afficher d’un coup pour la navigation et tout. Bah j’ai fait un essai. J’ai-j’en ai mis deux déjà sur mon blog, le 2 et le 3 j’crois…
PATRICK – M-mh.
HENRY – … sur henrymichel.com, y a une partie Riviera Détente et donc t’as des pages où t’as les épisodes en fichier audio et puis en retranscript, voilà. Puis ça aide aussi des gens, euh, j’ai lu, euh, dans un mec qui a fait vraiment une recherche sur ça, ça peut aider les gens qui euh, qui veulent pas écouter l’épisode, ils ont pas l’temps, et ils regardent vite fait euh, de quoi ça parle quoi. C’est…
PATRICK – Ah ouais ?
HENRY – Ouais au départ c’est plutôt pour les émissions d’sport ou des trucs comme ça j’pense, tu vois ? PATRICK – Mmh. Mm.
HENRY – Regarder les scores, j’sais pas. Avec nous c’est vrai que… Et-et-et donc les-les lest Twitt… les Lambd… les Twittos-Rivieros ont été extraordinaires, j’voulais tous vous remercier avec Patrick : on va citer vos prénoms. Alors toutes ces personnes elles vont recevoir des stickers, je fais-tu-je sais pas si tu sais Patrick ? J’ai fait une série de stickers…
PATRICK – Oui.
HENRY – … spéciale remerciements en fait. C’est pour remercier tous les gens qui nous ont aidés pour Riviera Détente : les retranscripteurs, les fans de la première heure, les gens sur Twitch, y a aussi des donateurs –* en riant * pas beaucoup sur Riviera Détente malheureusement Patrick, mais sur Twitch y en a beaucoup-, et euh, voilà, on fait une série Riviera Détente et… et Player Lambda. Euh, bien sûr on va les remercier avec ça, ils l’ont fait euh, sans l’-sans, sans attendre la moindre récompense et tout,
PATRICK – Ouais.
HENRY – C’est IN-CROYABLE cette communauté et WAW j’me suis dit putain, il s’passe que’qu’chose là, et vraiment y a une mention spéciale pour quelqu’un, Pat, c’est Julien, * inspiration *, qui en UNE journée, il a sacrifié son temps libre, il a retranscrit la TOTALITÉ de l’épisode 2-3 avec Bertrand.
PATRICK – Rhoo !
HENRY – Soit 61000 signes, 55 minutes, au soupir près- c’t-à-dire le mec il a pas retranscrit ça comme un…
PATRICK – Non ! Ouais, ouais, ouais.
HENRY – … gros bourrin et tout : c’est quand tu soupires il met « soupir ».
PATRICK – Rholala…
HENRY – 55 mil…
PATRICK – C’est énorme !
HENRY – 61000 signes, 55 mil-55 minutes * en riant * 55000 minutes !
HENRY – Nan mais c’est un truc de… de malade.
* rire *
HENRY – Alors euh… j’t’ai promis un cadeau spécial Julien, on y réfléchit encore avec Patrick Patrick, mais euh… euh… tu-peut-être tu veux passer une soirée avec Patrick Patrick, à, un p’tit hôtel romantique…
PATRICK – Humpf ! + * rire *
HENRY – … Alors on va remercier euh dans l’ordre de tous les prénoms des gens qui nous ont aidé pour euh, pour cette retranscription… J’vais mettre une petite musique…

* Country music *

HENRY – Vas-y.
PATRICK – Merci à Constance !
* Bruit de feuille de papier *
HENRY – Merci à Céline !
PATRICK – à Pierre !
HENRY – à Lou Emily!
PATRICK – Audrey, …
HENRY – Adliii!
PATRICK – Guillaume.
HENRY – Julien !
PATRICK – Marc, …
HENRY – Lucas -odyssée odli ?
PATRICK – Mehdi, …
HENRY – Merci à Rémi !
PATRICK – Pierre, …
HENRY – Merci à Clémence…
PATRICK – à Jérémy, …
HENRY – Merci Grégoire.
PATRICK – et à Sylvain, …
HENRY – Salut Jean-Philippe, merci !
PATRICK – et… Ciaos Maud !
HENRY – Hahaha ! Merci à tous, vous avez été top. Tu sais Patrick, on a une chance inouïe, c’est que… on a que l’meilleur de l’audience là. C’t-à-dire j’me plains souvent qu’on n’a pas beaucoup d’audience etc. mais en fait là on est… dans l’moment génial où on a des gens qui nous aiment, tu vois ?
PATRICK – Mmh !
HENRY – On n’a pas un énorme volume mais on a…
PATRICK – Des vrais !
HENRY – On n’a pas d’méchant, on n’a pas de… de « hater ». Et en fait, on dit souvent que la popularité, les gros comptes YouTube et tout, ça s’voit avec le nombre de fans qu’ils ont, en fait c’est surtout par le nombre de « haters » qu’ils ont, tu vois ? Des gens d’mauvaise foi etc.
PATRICK – M-mh…
HENRY – Et depuis qu’on a commencé Riviera Détente j’ai… j’ai dû avoir deux méchants messages sur Facebook que j’ai éliminés immédiatement. Et les deux concernaient… Marie hahaha !
PATRICK – Hahaha !
HENRY – Donc, à mon avis, beaucoup d’jalousie dans cette histoire… !

* Country Music *

HENRY – J’ai pu regarder un peu, en savoir plus un petit peu sur les rivieros… Tu te demandes vraiment ce que je vais dire ?
PATRICK – Ouais, j’ai peur !
HENRY – J’adore ! * rires * J’ai regardé un peu les rivieros et tout ça, et l’idée m’a caressé qu’on fasse un live un jour, tu vois ? Un live Riviera Détente. Avec dans le public des gens qui aiment bien l’émission. Voilà.
PATRICK – Hum.
HM : Mais je tenais pas à ce qu’il soit particulièrement à Paris, tu vois ?
PATRICK – Hum hum.
HENRY – Et j’ai regardé les sortes de stats qui ont été faites pendant Twitch où les gens se présentent et disent la ville où ils sont. Et y a une ville qui est revenue souvent, hors Paris, tu vois ? Où y a beaucoup, je sais pas par quel phénomène, par rapport à la taille de la ville, en tout cas en nombre de rivieros par millions d’habitant. Elle gagne haut la main : c’est la ville de Rennes.
PATRICK – Ouais.
HENRY – D’accord ? Et donc je te propose, en juin qu’on aille tous les deux à Rennes, un week-end. Et que dans un bar ou une petite salle, on fasse notre premier Riviera Détente live en public.
PATRICK – Allez, je signe.
* applaudissements *
HENRY – Alors j’en ai un peu parlé à droite à gauche…
PATRICK – Je te passe le contrat.
HENRY – * rire * J’en ai un peu parlé à droite à gauche et euh… * bruit de stylo sur papier *
* rires * Tu signes ? Je sais pas ce qu’il signe. J’en ai un peu parlé à droite à gauche et y a déjà des gens à Rennes -parce que j’en ai déjà parlé pendant un Twitch. Comme ça, tu vois, c’est pas enregistré, c’est en live, et comme ils étaient là… – et bah les rennais sont chaud bouillants. Enfin les rennais… pas tous les gens de la ville de Rennes, non…
PATRICK – Non. Une partie des rennais
HENRY – …les rivieros rennais. Et on va faire les choses bien, on va essayer d’organiser ça, de faire en sorte que les gens puissent bouger. Y a des gens de Nantes qui vont pouvoir venir. Y a des bretons qui vont pouvoir venir.
PATRICK – C’est super jeune comme ville, non ?
HENRY – Ouais c’est la ville où les… Pourquoi ça me plaît Rennes ? Parce que c’est la ville où les… qui a eu longtemps la réputation que les étudiants étaient les plus heureux en France.
PATRICK – Ah oui.
HENRY – Et ça me plaît, c’est un beau symbole.
PATRICK – Ça veut bien dire ce que ça veut dire !
HENRY – Les membranes là-bas sont bien dilatées. Et donc j’annonce… idéalement ce serait en juin, tu vois ? C’est une bonne saison. Je sais pas ce que tu en penses ?
PATRICK – Oui… * pouffement * C’est le bruit du grattage.
HENRY – C’est le grattage de barbe. * bruit de barbe grattée * Et on va essayer de trouver une salle. On va essayer de trouver un système pour que les gens puissent venir facilement. On va essayer de parler aux radios locales de Rennes, pour faire l’annonce du truc, pour que les gens nous découvrent et vraiment travailler le tissu local, tu vois ? Et je suis très excité à cette idée. On va essayer de se faire financer un Nice-Paris, tu vois ?
PATRICK – Un jet. Privé.
HENRY – Et ensuite Paris-Rennes, tu sais ce que j’ai envie de faire ? Parce qu’on va pas laisser les parisiens de côté. Puisqu’il y a beaucoup beaucoup beaucoup de… c’est les spectateurs parisiens. Je te dis mon idée jusqu’au bout.
PATRICK – Allez.
HENRY – On arrive, s’il y a assez de personnes -un bus c’est 40-60 personnes- à affréter un bus.
PATRICK – Ah ouais ! De Paris à…
HENRY – …Paris à Lyon et on fait passer… heu Paris à Rennes, pardon !
* rires *
HENRY – La blague ! On envoie les parisiens à Lyon…
PATRICK – On va à Auberives-sur-Varèze.
HENRY – …et on s’éclate sans eux ! Non non, on affrète un bus, 40-60 personnes. Des gens qui ont payé, pour se dire ouais on fait le trip en bus après pour dormir ouais je sais pas. Attends ! Et pendant le trip qui dure 3h30, on fait des blagues dans le bus et on amène des copains humoristes, on amène des copains humoristes qui font des sketches dans le bus ! Comme les américains ont fait, là, Paul Scheer et machin ou Dieudonné… en truc plus… moins… moins représentatif. Mais on fait le voyage avec les parisiens, Paris-Rennes en bus comme ça on amène les parisiens, on rejoint les rivieros de Rennes, de Nantes et tout, et on se fait… on peut se faire une petite salle, je pense vraiment, on peut se faire une belle belle petite salle de 100-150 personnes. Et on fait un live, on s’amuse tous ensemble etc. et on rencontre les gens, on fait un meet-up, on se fait des…
PATRICK – … des petits apéritifs.
HENRY – … des restos à 150 je pense pas, mais on va bien pouvoir s’amuser. C’est bien, non ?
PATRICK – Ouais, c’est un super idée !
HENRY – C’est pas un truc en l’air, hein !
PATRICK – Non non, bah non.
HENRY – C’est dans l’émission. Témoin vocalement, quoi.
PATRICK – Ouais.
HENRY – Alors si vous êtes chauds, j’espère que dans les commentaires, les réflexions… alors si vous êtes comme nous dans la Riviera, vous pouvez nous voir tout le temps. Moi ce qui m’intéresse c’est que Rennes c’est presque diamétralement opposé, et pourtant y a une ambiance, y a de la membrane décontractée. On aurait été 6 mois plus tôt peut-être qu’on aurait pu aller à Dunkerque pour le festival, tu vois ? Moi ce qui m’intéresse c’est d’aller voir d’autres horizons, voir d’autres membranes dilatées, là-bas. Et puis je suis content que pour une fois ce soit les parisiens qui se déplacent, et on va les accompagner, ça va bien se passer, ils vont être contents. Ça va faire un petit week-end à la fraîche en plus en, en… je sais pas si on peut dire « Bretagne » pour Rennes, on va pas commencer les clashes tout de suite. Mais donc voilà. Voilà, je suis très très content de ce truc. * blanc * Tu veux écouter un morceau de musique ?
* rires *
PATRICK – Non, non, c’est génial, vraiment c’est super. Allez c’est parti.
HENRY – T’as le trac ?
PATRICK – Ouais j’ai un peu peur, ouais.
HENRY – Non mais de toutes façons…
PATRICK – C’est juste que je suis malade dans le bus.
HENRY – Tu sais… Non mais tu prends l’avion si tu veux. Non non c’est pas ça mais il faut que la forme en live soit super décontract’ et de toutes façons ce sera différent qu’en studio. Ça sera comme ça, on aura plus de thèmes, on fera venir des gens sur scène !
PATRICK – Ah bien sûr !
HENRY – On fera parler les rivieros nantais, on va rigoler, on va faire des quizz, on va découvrir la ville avec eux et tout, quoi. Voilà en tout cas ça serait une belle expérience et puis ce qui est sûr c’est qu’il faut profiter à fond…
PATRICK – Hum, hum.
HENRY – …du fait qu’on ait la chance d’être ensemble, d’enregistrer ça en ce moment ça peut être un SUPER souvenir, tu vois. Même si après on fait… plus personne à cause de nos blagues sur les malentendants * rires * au moins on aura fait ça, quoi. Faut juste tenir jusqu’en juin. * rires *

* Musique *

HENRY – Riviera Détente. L’émission qui dilate vos membranes.
Tu sais à une période d’internet, au tout début, j’avais oublié un truc, je m’en suis rendu compte aujourd’hui, enfin hier parce que c’était la journée des DROITS de la femme. Il faut pas dire, tu sais, il faut pas dire…
PATRICK – Je sais, bah ouais je sais.
HENRY – * rire * Pourquoi ?
PATRICK – Bah non parce que tu allum… tu ouvrais Facebook déjà tu faisais engueuler…
HENRY – * rire * rien que d’y penser.
PATRICK – … rien que de savoir qu’il fallait pas en parler… C’était super compliqué l’histoire.
HENRY – Non non non non, mais c’est important parce que c’est à force d’avoir fait des blagues de relou… on a été les premiers à le faire, en disant « ah ouais, ça veut dire 364 jours c’est la fête des hommes ! ». À cause de ça eh ben voilà…
PATRICK – La France entière est dans la merde.
HENRY – …maintenant, journée internationale des DROITS de la femme, parce que c’est sur ça qu’il faut se concentrer ce jour-là. Et moi je pense, honnêtement ? L’un n’empêche pas l’autre. Je pense que, en journée il faut que ce soit la journée des droits de la femme, et le soir : apéro et petite fête de la femme, tu vois ce que je veux dire ?
PATRICK – Ouais ouais.
HENRY – Le côté, il manque le côté « fête » de Patrick Sébastien.
PATRICK – Ah ouais d’accord, ouais ouais.
HENRY – C’est pas parce que tu peux consacrer toute la journée à parler très sérieusement des problèmes sur les droits de la femme dans le monde, que ce soit les viols, la violence conjugale et tout. Quand on a bien travaillé, à 19h un petit apéro et… la FÊTE de la FEMME ! YOUHOOOOU !
PATRICK – Et on oublie tout !
HENRY – * rire * Et on oublie tout jusqu’à minuit-1h du matin. Et comme ça on aura fait le côté travail, et le côté un peu fiesta « Patrick Sébastien ». Parce qu’avant on disait « Fête de la femme ». Boum. Alors le 8 mars en Russie, « journée de la femme » ça offre des roses, ils sont pas du tout dans le truc féministe du tout, c’est : « Ma chérie, je t’emmène au restaurant, je t’offre une petite rose », ils sont très loin dans le délire. Tout ça pour dire que je réfléchissais aux femmes sur le… net, sur internet.
PATRICK – *rires*
HENRY – * rire * Le « net ». Ça fait combien de temps qu’on a pas dit… « Sur le cybernet ».
PATRICK – *rires*
HENRY – Et je réalisais un truc, Patrick, c’est que les premières années où j’ai utilisé internet, y’avait très peu de nanas.
PATRICK – Ah oui ?
HENRY – Ah ouais mais alors, je vous prends tous…
PATRICK – 97 ? 98 ?
HENRY – Ouais. 97. 96. Et les seules nanas qu’on croisait…
PATRICK – 96-95?
HENRY – * rire * Bah si c’est pareil alors… * rire * Les seules nanas qu’on croisait c’était sur IRC et tout ça, c’était des québécoises.
PATRICK – Ah oui.
HENRY – Et moi j’ai connu une période… alors dites-moi si vous êtes pas d’accord avec moi etc. mais ceux qui étaient là en 96, qui faisait de l’IRC… alors bien sûr, il y avait des nanas françaises. Mais elles étaient vraiment peu. Et dès que tu croisais une NANA sur certains channels francophones sur IRC, c’était des québécoises. Et donc, c’est très bizarre, comme quand t’as eu une nounou autrichienne. On a eu des… les premières filles qu’on a croisé sur internet, c’était des nounous québécoises. Elles avaient des mots, elles disaient le « chum » et tout ça, moi je connaissais pas du tout la culture québécoise et tout, et elle te filait ces mots-là et tout, quoi, c’était très drôle. Tu te rappelles pas ? Tu faisais pas d’IRC ?
PATRICK – Ah pas du tout.
HENRY – Tu faisais pas d’IRC ?
PATRICK – Non, pas du tout.
HENRY – C’est quoi ton premier rapport à internet, toi ?
PATRICK – Avec les préservatifs.
* rires retenus *
* blanc *
HENRY – C’étaient quoi tes premiers contacts avec internet, toi ?
PATRICK – C’était, heu…AOL.
HENRY – Ouais.
PATRICK – Et…
HENRY – « Bienvenue ! Vous avez du courrier. »
PATRICK – Ouais !
HENRY – * rire *
PATRICK – Non ! « Vous avez des… »
HENRY – « Vous avez des e-mails ! » Ah ouais. « Bienvenue ! Vous avez des e-mails. »
PATRICK – Non, le plus ancien souvenir c’est le bruit du modem, qui se connecte. Ouah c’était génial.
HENRY – Ouais.
PATRICK – Parce que c’est la récompense…
HENRY – * rire *
PATRICK – … de l’attente, en fait. C’est génial.
HENRY – Ouais, j’aimais bien quand c’était un peu rêche, quand c’était un peu long. Ça faisait « DI HU DI HU DI-HU-DI-HU »…
PATRICK – * rire *
HENRY – …à la fin comme ça.
PATRICK – Ah oui et puis le modem qui s’éteint ! Parce qu’il trouve pas le truc. Ca t’est jamais arrivé ?
HENRY – Ah non, ça m’est jamais arrivé.
PATRICK – Ah moi c’était…
HENRY – Il s’éteignait ?
PATRICK – Ouais ! T’as la lum… la petite loupiotte verte, là, qui faisait… * mime *
HENRY – * rire *
PATRICK – …et d’un coup. * mime *
HENRY – Ah non je me rappelle pas.
PATRICK – Et en fait moi je débranchais le modem, je rebranchais…
HENRY – * rire *
PATRICK – … t’imagines à côté d’aujourd’hui
HENRY – « TIIIIII DUUUU TI DU DI DU ». « ON HU ON HU-ON-HU-ON ». Et ouais ils ont fait un sketch sur les X-Files, avec des modems de l’époque. C’était génial. Mais non moi c’était pas étranger pour moi parce que mes premiers ordis étaient à cassette. Amstrad CPC 464, c’était des cassettes audio pour charger les programmes.
PATRICK – Ah ouais ?
HENRY – Tu mettais des cassettes, tu appuyais sur « Play », et j’étais jeune, j’étais petit, j’étais déjà trouillard. Et c’était effrayant, le bruit.
PATRICK – *rires*
HENRY – Le chargement du jeu, tu ENTENDAIS le jeu. Je te jure c’était organique. C’est comme… maintenant, tu vois plus, tu n’entends plus le code.
PATRICK – Ouais.
HENRY – Et ce qui était beau c’est que tu entendais le code. Mais c’qu’était beau c’est qu’tu entendais le code.AHHIHHHHOUU Shhhhh RAaaaHHHa SHHHH. Sauf que les chargements pouvaient durer deux fois 30 minutes.
PATRICK – Ah ouais.
HENRY – Donc c’est pas le truc du modem ou ça dure une minute tu rigoles. C’était un espèce de déchirement dans la nuit, j’étais pétrifié dans mes draps, et je voulais juste jouer à une jolie voiture Outrun, une jolie voiture qui roulait en Californie. Mais avant tu devais te passer une heure de HiiiiiHaaaaShreeeeuhhh DuuuuDuuuu Shrkkkkkk hahaha. Et j’étais effrayé par ce truc. Bon y’avais beaucoup de choses que j’aimais pas, les Ovnis, tout ça. Mais du coup : je baissais tout le temps avant parce que tu pouvais régler le son pour pas entendre le chargement.
PATRICK – Ouais ouais.
HENRY – Mais des fois j’oubliais ! Et donc tu reviens dans ta chambre dans le noir le soir, et t’entends d’un coup BdAAAAhhhhDJaaaKobaaaa (et autres sons intraduisibles)
* rires *

* INTERLUDE DE JAZZ *

HENRY – Alors le deuxième truc génial Patrick, c’était le défi “AGAMEMNON”. On avait invité des rivieros à euh… à dire, dans un bus, si ils écoutaient l’émission dans les transports en commun de dire * d’une voix rocailleuse * “AGAMEMNOOOON” en se filmant dans le bus. Alors y a eu beaucoup de euh… enfin beaucoup, moi j’ai été surpris j’m’attendais à pas grand-chose et en fait on a eu de formidables contributions, on va les écouter. Alors attends… on a eu d’abord… est-ce qu’on va dans l’ordre chronologique, ou du plus récent au plus vieux ça m’arrange. Attends. Alors la première contribution c’est celle d’Emilant, un fidèle parmi les fidèles qui a sorti le premier, le premier Agamemnon validé. On va l’écouter :

* Extrait 1 : Dans une ambiance de transport en commun, un jeune homme, seul face à son smartphone s’adresse à Henry Michel, Patrick, et tous les rivieros. Il vient leur délivrer un message : AGAMEMNON. *

HENRY – Il est très beau, en plus il a une belle barbe, il a un meilleur Agamemnon qu’nous * Patrick aquiesce * parce que nous il est un peu… regarde on teste moi c’est “AGAMEMNON” et toi ?
PATRICK * d’une voix encore plus grave et profonde que celle d’Henry * – AGAMEMNON !
HENRY – Oh il est super le tien quand même ! Et lui ? (Extrait 1) Ah il est super !
PATRICK – Ah il a gagné là, bravo !
HENRY – Voilà Emilant, attends ! On va voir qui va gagner, tu vas pas dire gagné…
PATRICK – Nan mais bravo par rapport à nous déjà !
HENRY – Ah oui, bravo t’as gagné par rapport à nous. Ensuite y’a Scandeur. Il a un point supplémentaire parce que y a une fille dans la vidéo. Alors attends.

* Extrait 2, afin d’imaginer le contenu de cet extrait, se référer à l’extrait 1 *

HENRY – Il est plus… il est plus… plus effrité mais vous regarderez sur la page Facebook, y a une très belle réaction féminine. Il est très beau, il est furtif euh… y a sa fille, enfin sa copine qui se retourne c’est très beau. Ensuite y a Pierre : on va voir.

* Extrait 3, c.f. Extraits 1 et 2 *

HENRY – Il est très bien ! Il est très sobre, y a quelqu’un qui se retourne derrière lui. Il gagne des points parce que la personne qui se retourne derrière n’est pas un proche. Voilà, donc lui euh… très très bien. Ensuite on a Monsieur Pimp, et ils sont deux ! Chacun ils ont un petit truc à eux hein ? Chacun ont une qualité, donc à deux dans le bus… ou dans le métro ! Dans le métro.

* Extrait 4 deux voix synchronisées se font entendre pour un nouvel AGAMEMNON. *

HENRY – Haha Celui-là il est… J’aime bien, il est pressé et méchant, tu vois ?
PATRICK – C’est le méchant qui a trouvé un copain méchant !
HENRY – Et enfin on a une fille qui a fait son Agamemnon, alors ça a été tout un pataquès, parce que son premier Agamemnon n’a pas été validé, parce qu’il était pas bon du tout. On l’entendait pas, elle faisait * chuchote * “agamemnon”, et euh, elle a râlé, elle a ragé tout ce que tu veux, on a dit non, c’est la règle, faut un vrai Agamemnon et tout. Et ensuite y en a eu un deuxième qui a été fait, qui est bien, qui est beaucoup mieux, et qui la qualifie dans la liste des finalistes : Noémie.

* Extrait 5 *

HENRY – Hahahaha il est bien !
PATRICK – C’est la femme du méchant !
HENRY – Oui, c’est l’Agamemnonne ! C’est Agamemnonne, très bien. En tout cas on a été gâté de vos contributions, merci c’était très drôle et vous recevrez vous aussi vos autocollants Riviera Détente !

* Jingle (musique porno chic) *

HENRY * d’une voix suave * – Aaaaaaaah Che piazzo ! Giocatolli se suale in la riviera… Giovanna…Milano…sei sei sei cinquo.
Euh j’sais pas ce qu’on peut faire avec ça mais euh, tu te rappelles d’la blague qu’on faisait ensemble sur le mec qui euh…. qui avait mis dans un CV sur son site, c’était un batteur un truc comme ça, et il avait mis :”J’ai joué avec beaucoup d’artistes célèbres, et entre parenthèses c’était écrit (Joe Cocker, etc.)” HAHAHHAHHA. C’est génial. J’ai travaillé avec plein d’artistes connus euh…. Joe Cocker euh…. Et cætera… hihihihihi… C’est absolument génial !
PATRICK – Je fais un régime draconien, c’est-à-dire que je mange, de la salade, etc.
HENRY – Bwahahahahaha ! Eh mais ma femme j’ui fais plein de cadeaux, j’ui ai offert euh… un truc pour son anniversaire… etc. * rires *
PATRICK – Hey mais j’adore la musique contemporaine… Boulez… etc.
HENRY – Oui c’est vrai, le mec qui cherche un peu le premier, ouais d’accord, j’ai compris.
PATRICK – J’adore la musique romantique euh…. sch… Schuman ?
HENRY – Nan bah là c’est trop savant je serais incapable de dire si c’est de la musique romantique !
PATRICK – Ouais alors : J’adore la musique classique euh… eummmm…. mmmmhhhh….
* rires *

* Jingle (musique porno chic) *
HENRY * d’une voix suave * – Oooooohhhh… giovanna… Milano… Predze le spoza… spota in italia… Niente problemi… Questo problemo ! Riveria Traverti ! Givanna, Milano ! Cinquo Cinquo Cinquo due…Due tre, Giovanna… Milano ve… Haooohh.
Alors Patrick tu sais qu’on s’est fait engueuler y a deux semaines ?
PATRICK – Ah ouais ?
HENRY – …par notre annonceur !
PATRICK – Ah bah pourquoi ?
HENRY – C’est qui notre annonceur ?
PATRICK – Bah l’Auberge de la Patchole !
HENRY – Ouais l’Auberge de la Patchole. Pourquoi on s’est fait engueuler ?

PATRICk – Ah zut…
HENRY – On a oublié de faire une pub. Et ils nous envoient de l’argent pendant ce temps. t’as touché combien ?
PATRICK – * rire * 50 centimes.
HENRY – Ouais * rire * donc il faut refaire la pub, et donc cette fois on a… ils ont dit : ”Bon ok. Mais vous devez chanter tous les deux la chanson !” Tu t’sens de la chanter ?
PATRICK – Bah… oui !
HENRY – Alors attends. Je mets le morceau. Voilà.
PATRICK – On va s’entrainer par contre !
HENRY – Nan. Sinon c’est pas rigolo. On fait l’annoncer et tu euh… après tu lis le texte publicitaire. D’accord ?
PATRICK – Après ou avant ?
HENRY – Nan après ! Sur l’instru, on chante “C’est partiiiii pour un week-end, par-faiiiiit !”Et après tu fais : “Depuis 82, l’Auberge de la Patchole de Saint-Valliez” etc.

* Musique *
EN CHŒUR –
7-8-9-10-11-12
En avant la partouze
À l’Auberge de la Paaaatchole
Salades et alcools
Bien calés au soleil
Une vue sans pareille
Regarde bien mes mains
Elles sont sur ta copine
Regarde bien tes mains
Elles sont sur ta voisine
Vendredi après-midi sympathisons aux Thermes
Dimanche et samedi, on échangeuh nos germes
C’est parti pour un week- end, paaaarfaiiiiit !

PATRICK – Depuis 1982, l’Auberge de la Patchole de Saint-Valliez accueille les couples libertins de la région. L’Auberge de la Patchole, le rendez-vous de tous les couples libertins de la Côte d’Azur ! Dans une ambiance festive, mais respectueuse ! Patrick Patrick est un bébé cadum… * rires *
HENRY – J’avais mis dans le texte euh… J’ai inséré deux phrases… J’avais inséré “Patrick Patrick est un bébé cadum” et “Henry Michel est le meilleur” Hahahaa !
T’as vu en ce moment ça va être les manifestations pour la loi El-Komhri
PATRICK – Bah aujourd’hui oui !
HENRY – Ouais. Y’en avait partout en France. Et euh… c’est drôle d’entendre les gens faire tout le temps les mêmes chansons de manif’. Tu sais y’a un très bon article de Slate, je mettrais en copie, sur les chansons de manifs. Mais au-delà des chansons de manif, c’est la scansion qui me fait rire, c’est nin nin ninninnin ninnin nin nin… Et même dans les autres pays c’est comme ça ! Si c’est en Italie, ils font euh Pron-to, nin nin nin naninouna nin nin ! Et je trouve ça intéressant ! Mais peut-être qu’en Chine c’est complètement différent : wouuouuuuuah ! woooooooi ! wouuuuuuuada ! C’est vrai hein ?
PATRICK – J’ai jamais pensé à ça.
HENRY – Est-ce que c’est propre à…
PATRICK – À la langue ! À la musicalité de la langue !
HENRY – * prend une profonde inspiration * Mais il y avait une blague là, sur le truc de samba là, tu sais. Oùùùù… Euhhhum… Y a un président. Un dictateur Brésilien qui voit les Brésiliens faire de la samba tout le temps et il essaie de les éduquer. Il parle en public, au micro il fait : “Trabalho si, samba no !” Il répète et toute la foule dit : * voix de la foule * “Trabalho si, samba no !” * voix du dictateur * “Trabalho si, samba no !” * voix de la foule * “Trabalho si, samba no ! Trabalho si, samba no ! Trabalho tututu-tututu ! Traba…” Voilà… Elle est bête cette blague. Mais c’est une blague qu’on se raconte quand on a 7-8 ans. * rires *. * prend une voix d’enfant * Alors il fait : “Craquinboudin !” * rires * Bref ! Et euh… Voilà en Chine je serais très intéressé de savoir euh…  * prend une voix rauque * “Ooooyyyeuuuuaaargh !! Ooooyyy !!” Mais même les extraterrestres on sait pas comment ils manifestent quoi les extraterrestres ! Je sais pas, est-ce qu’ils manifestent ? C’est vrai que dans les films et les livres on attribue toujours aux extraterrestres un côté super travailleur euh… militaire, hiérarchique, ordonné.
PATRICK – Ouais, hiérarchique ouais. Respect de la hiérarchie.
HENRY – Respect…
PATRICK – C’est vrai.
HENRY – On leur attribue aucun défaut humain. C’est à dire euh… Aucun gréviste. Aucun qui a pas envie de faire la guerre euh… Ca l’saoule.
PATRICK – Ouais, ouais ouais. Ouais ouais.
HENRY – Qui a pas envie de bosser. * rires * On les imagine super travailleurs avec des, comme des p’tites fourmis en train de nettoyer la soucoupe et tout. Y’en a peut-être qui font “Pfff, ça m’saoule…” et tout. Et pourquoi on attribue aux extraterrestres… Comme si, comme… C’est marrant ça parce qu’on leur a… On, on fait comme si le caractère de travailler, d’être militaire, de faire la guerre ne sont pas des caractères humains finalement. Ce qu’on attribue le plus aux humains, c’est le mauvais caractère.
PATRICK – Ouais…
HENRY – C’est le fait de faire la grève, de… De vouloir se reposer, de vouloir euh… Tu comprends c’que j’veux dire ?
PATRICK – Ouais, ouais, moi je pense que si ils sont arrivés jusqu’à la Terre, c’est que… Ils étaient de droite.
* rires *
PATRICK – Ils étaient des gens…
HENRY – Mais nan, mais ça pouvait être…
PATRICK – Y’a que des gens de droite qui arrivent à…
* rires *
HENRY – Ceux de gauche ils ont dit euh…
PATRICK – Ouais, ils…
HENRY – * imitant François Hollande * “Il, il ne faut pas les embêter” * reprenant sa voix * Ceux qu’on voit ici, c’est les militaires.
PATRCK – Ouais, ah oui. Oui, oui, c’est ça en fait.
HENRY – C’est comme les… Les Américains.
PATRCK – Hey ouais !
HENRY – Les étudiants Américains qu’on avait par exemple en France, quand on était au collègue ou au lycée. C’était des nerdz euh… C’était les, les… Les binoclards de… De leur classe.
PATRICK – * approuvant * Hum, hum, hum.
HENRY – Jamais on avait d’Américains qui venaient en… En vacances d’études en France qui parlaient, qui faisaient des cours de Français, qui étaient des quarterbacks euh… Super cools et bronzés.
PATRICK – Ouais, ouais. Ouais t’as raison.
HENRY – On avait que les… Que les nerdz quoi.
PP – C’est qu’en fait les extraterrestres, en fait, on… On a une vision de l’ensemble des extraterrestres que par le petit échantillon…
HENRY – * rire * Oui… Exactement !
PATRICK – Des super travailleurs, des militaires…
HENRY – C’est des ingénieurs et des militaires les extraterrestres.
PATRICK – Ouais, ouais…
HENRY – Euh… Y’a… Sur leur planète, y’a des mamans… Y’a des… * rires * * prend une voix très aigue * “Bonjour ! … On est désolés, désolés d’la guerre.”
PATRICK – * rire * C’est mignon. Y’a des bébés qui veulent pas qu’on envahisse la Terre.
HENRY – * rire * Mais ouais c’est vrai. Et euhhum…
PATRICK – Ah oui y’a des extraterrestres qui veulent pas euh…
HENRY – Ouais mais ça alors on l’voit dans les films. Dans Avatar par exemple, ils arrivent à…
PATRICK – Ah ouais j’ai pas vu.
HENRY – …à convaincre les extraterrestres que la guerre c’est pas bien. Ils sont sur la planète des extraterrestres.
PATRICK – Ah ouais.
HENRY – Et là y’en a qui font : * prend une voix douce * “Mais nan mais j’veux pas la guerre et tout.” * voix normale * Donc ça, ça on voit dans les films. Mais on voit jamais des extraterrestres paresseux.
PATRICK – Ouais.
HENRY – Ou très peu, à part t’sais dans Star Wars, le gros là.
* rires *
PATRICK – Des, des, des extraterrestres clochards.
* rires *
HENRY – C’est génial ! * rires * * prend une voix d’extraterrestre fragile * “Vous avez pas un krapek ou deux, s’il vous plait…”
* rires *
PATRICK – * soupire * Un Krapek…
HENRY – * reprenant sa voix fragile * “Pour m’acheter une grestra ? Une p’tite bouteille de… Une p’tite bouteille de Valto.”
* rires *
PATRICK – En fait, le… L’extraterrestre il parle Français. Mais les objets particuliers…
* rires *
HENRY – C’est vrai. “Pour m’acheter une bonne bouteille de Valto.”
* rires *
PATRICK – * prend une intonation différente pour jouer l’extraterrestre * “Bonjour messieurs dames !” * rires * “Je n’ai toujours pas de Khrandrihk !”
* rires *
HENRY – Dans l’métro ! * rires * Dans l’bertrok “Mesdames et messieurs bonjour, je sors de Martek !” * rires *
PATRICK – “J’ai pas d’trambrailleuh” * rires *
HENRY – Le mec qui a inventé l’mot il veut vraiment faire chier. * rires * C’est vraiment pour dire de pas mettre travail. “Bon on va dire Trambraillanh ! Trambrailleuh”
* rires *
PATRICK – C’est l’extraterrestre qui essaie de s’intégrer aux… Aux terrestres.
HENRY – Ah il est dans le métro Parisien !
PATRICK – Il essaie, il essaie d’trouver les mots importants. * rires * * prend une intonation différente pour jouer l’extraterrestre * “Messieurs, dames, je n’ai toujours pas dtrontrailletr gnn”
* rires *
HENRY – Pourquoi il prononcerait super bien “Messieurs, Dames” et pas “travail” ?
PATRICK – C’est ça qui est drôle. * rires * C’est le mot le plus important de sa phrase. * rires * Il reprend sa voix d’extraterrestre * “Chai pas de sous pour manrher !” * rires *
HENRY – [Inaudible]
* rires *
HENRY – “Panmangre !”
PATRICK –  “J’ai pas d’Trafalgar” * rires * Il confond les termes.
HENRY – Ouais c’est vrai y a pas d’clochard extraterrestre euh… Y a, y a, y a aucun caractère humain ! Pas de… Pas de meurtrier d’extraterrestres chez les extraterrestres. Pas de… D’adultère entre les extraterrestres. * rires * Mais euh… Pourtant on les représente dans des noyaux familiaux occidentaux.
PATRICK – * approuvant * Hum, hum. Ah ouais, ouais, ouais, c’est fou. Et des mâles et des femelles, ça se trouve y a, y a cinq sexes… Différents.
* HENRY soupire *
PATRICK – Dans le pays, dans le pays des extraterrestres…
HENRY – Ah ouais…
PATRICK – Y a cinq sexes différents.
HENRY – Mais alors euh… T’es, t’es hétérosexuel quand tu fais l’amour avec un des quatre… Mais pas le tiens.
* rires *
PATRICK – Ouais ! C’est ça. Mais ouais…
HENRY – Donc t’as quatre fois plus de chances de choper qu’un homosexuel.
PATRICK – Ouais. Ou alors euh… On considère que t’es avec quelqu’un, quand t’es avec quatre personnes.
* rires *
HENRY – C’est génial !
* rires *
PATRICK – C’est super dur leur vie.
* rires *
HENRY – Il est en train de baiser trois meufs, il dit : “Ah j’ai peut-être une touche pour enfin rencontrer quelqu’un !” * rires * “J’suis toujours célibataire, j’en ai marre, je m’ennuie.”
* rires *
PATRICK – * avec une voix triste * “J’suis pas heureux.”
* rires *
HENRY – Mais ça veut dire qu’il a, qu’il a quatre sexes ?
* rires *
PATRICK – Bah oui !
HENRY – Ah ouais… Putain les mecs la pression quoi… * rires * Adopte quatre mecs… * rires * Point com. * rires * Et Tinder, c’est quatre photos qui doivent scroller en même temps. * rires * Putain tu te rends compte le nombre d’exs !
PATRICK – Ohlalala… C’est invivable !
HENRY – T’as eu quatre copines ça fait seize personnes d’un coup.
PATRICK – T’es en train d’parler en binaire parce que t’es en train de dire “Moi je fais l’amour avec quatre femmes” et c’est pas ça le truc. C’est… Tu, tu, t’es un sexe et t’as quatre sexes différents en face de toi. C’est pas hommes et femmes.
HENRY – * réfléchit * Ouais, ouais, ouais…
PATRICK – Tu vois ce que j’veux dire ?
HENRY – Ouais, ouais. Ah oui ! Oui, je confonds avec la polygamie.
PATRICK – Euh… Oui. Et oui !
HENRY – T’es monogame mais dans un sexe particulier.
PATRICK – Voilà.
HENRY – Et t’en as quatre à…
PATRICK – La loi… C’est que t’es considéré comme non célibataire à partir du moment où on est cinq.
* rires *
HENRY – Et euh… D’accord. Ah ouais putain c’est chaud !
PATRICK – Ouais.
HENRY – Et euh… Ça me rappelle euh… Pour parler de polygamie. Ça me rappelle une conversation avec un Saoudien… qui me parlait donc de la polygamie, qui était tout à fait autorisée dans le cadre de… de la religion Wahhabiste là où il était et tout. Et j’posais des questions un peu indiscrètes. Je lui dis “Mais euh… Elles vivent toutes dans la même maison, et tout… ?” NAN ! Nan, j’ai dit : “Mais, mais euh… Est-ce que… Est-ce que beaucoup de Saoudiens donc ont plusieurs femmes et tout… ?” Et lui me dit : “Nan, nan, c’est pas donné à tout le monde parce que tu sais ça coûte super cher.” Il me dit : “Parce qu’il faut une maison pour chaque femme…” * rires * J’lui dis : “Quoi ?!” * rires * J’lui dis : “Euh…” Bon, on s’entendait assez bien pour que je puisse le dire…
PATRICK – Hum.
HENRY – On était dans un cadre privé. J’lui dis : “Mais euh… Moi j’croyais que vous aviez une BIG maison avec les quatre meufs qui s’baladent là, qui s’font des p’tits smacks de temps en temps…” * rires * “Et qui viennent vers toi et tout, tu vois l’paradis.” * rires * Et il m’regarde y m’fait: “Mais t’es fou ! Elle se détestent !” J’dis : “Quoi ?!” J’le lui dis : * avec une voix déçue * “Elles, elles se détestent ?!” Et il me regarde et y m’fait : “Mais… mais elles se haïssent !” Et en fait c’est vraiment pas… pas fun. Tu t’imagines hors monogamie.
PATRICK – Ouais, c’est l’enfer en fait.
HENRY – Où t’as une baraque avec de la musique tout l’temps, les p’tites nanas * prend une voix de jeune femme * “Salut chériiiii !” Elles sont toutes les quatre, elles te grattent la tête et tout… * rires * Nan c’est une prise de tête monstrueuse ! Il a une maison par femme, elles veulent pas s’voir euh… Il m’a… La manière dont il m’a raconté en m’disant : “Mais… Attends mec, elles se dé-testent.” * rires * J’ai trouvé ça génial. Mais là, est-ce que sur cette planète du coup, avec les quatre… Machins. Mais elle, en tant que… Non ! Les autres sexes, eux aussi ils ont le droit à quatre personnes !
PATRICK – Hé ben oui.
HENRY – Oh putain donc tu… On vit à combien ?
PATRICK – Bah à cinq.
HENRY – Mais nan !
PATRICK – Mais si !
HENRY – Mais il y avait quatre… autres mecs que toi.
PATRICK – C’est pas des, des mecs, c’est un autre sexe. * rires * Il faut que tu te mettes ça dans la tête.
* rires *
HENRY – Pardon, je connais pas ta…
* rires *
PATRICK – Ça va être très dur hein !
* rires *
HENRY – J’connais pas ta planète. Non, non, non mais mathématiquement, tu vis…
PATRICK – Ben, disons que t’as… J’sais pas moi.
HENRY – Tu vis avec trois aut… Chaque femme, a trois autres mecs, Patrick.
PATRICK – Non. C’est pas des femmes.
HENRY – Chaque… Autre sexe a trois autres sexes.
PATRICK – Ouais.
HENRY – A quatre autres sexes !
PATRICK – Y a, en fait, en tout, sur cette planète y a cinq sexes.
* rires *
HENRY – Non mais, dans votre maison. Dans votre maison. Toi, t’as quatre femmes. T’as quatre concubins, t’as quatre pers…
PATRICK – Voilà, j’ai quatre…
HENRY – Partenaires !
PATRICK – Voilà. Ouais.
HENRY – T’as quatre partenaires. Chacun de ces partenaires a quatre partenaires.
PATRICK – Ben c’est les quatre autres. C’est comme toi, t’as une femme.
HENRY – NON c’est pas les mêmes ! Tu crois pas que vous allez matcher… La, la partenaire A t’a choisi mais elle a trois autres mecs, qui sont pas les trois autres mecs que ta partenaire B…
PATRICK – Ah mais si… Ben c’est comme nous ! C’est comme nous sauf que c’est très compliqué…
HENRY – Ah vous êtes comme des prises électriques quoi.
PATRICK – Voilà ! Enfin…
HENRY – Vous marchez en… Vous, vous êtes différents mais vous, vous êtes…
PP – * rire * J’aime bien ton “vous” ! * rires * Oui, c’est exactement comme ça que ça se passe sur not’ planète.
* rires *
HENRY – C’est vrai j’dis “vous” !! * rires * Ta race en fait… * rires * ‘Scuse moi parce que, pour moi t’étais humain jusqu’au début de l’émission làààà… Tu… C’est un choc quoi.
PATRICK – Ouais.
HENRY – Donc euh…
PATRICK – Non ! C’est comme nous, nous on est deux. Et… L’homme choisit sa femme et sa femme choisit son homme. Hé bin là on est cinq…
HENRY – Non vous choisissez donc… Un groupe de quatre à chaque fois.
PATRICK – Ouais.
HENRY – Vous pouvez pas l’casser, vous pouvez pas dire: “J’veux les deux là…”
PATRICK – Nan ! Ah ben… Et nan ! C’est ça qui est super compliqué.
* rires *
HENRY – Il faut s’entendre tous les huit !
PATRICK – Nannn… On est cinq !
HENRY – Mais non ! Y’a trois mecs avec toiiiii…
PATRICK – Mais pourquoi y’a trois mecs ? * rires * Explique-moi…
HENRY – Mais parce que ! Mais pourquoi ? Elles ont, elles ont…
PATRICK – Bon pour faire une famille…
HENRY – T’as plus de droits, t’as plus de droits qu’les quatre partenaires ?
PATRICK – Non, non pour former une famille…
HENRY – Haha oui, non mais j’pense encore en homme.
PATRICK – T’as ton carré. T’as un carré, un triangle, un rond, un rectangle… * rire d’Henry * Et un… Un… Un j’sais pas quoi là. Et en fait voilà, une famille est composée de ces cinq signes là. Donc moi j’suis un carré et faut qu’je trouve un triangle, un, un rond…
HENRY – AH d’accord ! C’est… C’est d’accord !
PATRICK – Et le rond il est content parce qu’il a en face de lui un… Un triangle, un carré et… Et les quatre autres !
HENRY – Ok.
PATRICK – Et c’est super dur de fonder une famille.
HENRY – Et si tu t’accouples ouais alors qui est géni, qui est, qui peut faire des enfants ?
PATRICK – Oh bah 2 sur les 3. * rires *
HENRY – * rires * Bien, c’est bien ta race, c’est bien retroussé dis donc, imagine ça serait un seul des 4 le pauvre. Pfff… Les 3 doivent l’enfanter à chaque fois.
PATRICK – Ouais, non non il y en a 2 sur les 5.
HENRY – Oh peut-être ça serait plus logique au niveau biologique qu’il y ait quand même qu’une seule race génitrice.
PATRICK – Ouais c’est vrai ça serait plus simple quand même pour le coup, mais…
HENRY – Parce qu’elle est faite pour ça et tout.
PATRICK – Mais, mais sexuellement je veux dire, tu fais ça avec les 4 autres, c’est différent à chaque fois, mais * rires * il n’y en a qu’un seul qui a des enfants.
HENRY – Oui, ouais d’accord, ok.
PATRICK – Il peut y avoir n’importe quel…
HENRY – Il peut y avoir des carrés, ronds, triangles.
PATRICK – Ouais, ouais c’est ça.
HENRY – * rire * C’est un rond.
EN CHŒUR – * rires * Félicitations, c’est un rond.
HENRY – C’est génial et comment s’appelle cette planète, cette race alors ?
PATRICK – Ah euh, je sais pas hé, qui l’invente ?
HENRY – Attends, tu l’as définie jusqu’aux moindres détails !
PATRICK – Ouais, ouais.
HENRY – Comment s’appelle cette race ?
PATRICK – * silence * Les, les « Zambecks ».
HENRY – * rire * Mais non, c’est les Zambecks en général ?
PATRICK – Oui, oui, c’est le peuple des Zambecks.
HENRY – Et les 4 différents sexes, ils s’appellent comment ?
PATRICK – Alors… * rires d’Henry *, les Cytons, les Plutarques,
HENRY – * rire * Comme le philosophe, c’est génial.
PATRICK -* rires d’Henry * Les Rastos, les Méandres, et les…
HENRY – Attends attends stop, ça fait 4.
PATRICK – Et les Claponis, moi je suis un Claponis.
HENRY – * rire * Non tu en as fait 5.
PATRICK – Bah on est 5 par famille, moi je suis un Claponis et il y a les autres !
HENRY – * rire * Alors tu as dit les Fytons, les Plutarques, les Méandres, les Rastos, et les Clafonis * rire *, c’est mignon les Clafonis, ça fait un peu Amazonien Clapony, Raony. Et les plus méchants c’est lesquels ?
PATRICK – C’est les Claponis !
* rires *
PATRICK – Enfin c’est toi.
HENRY – Les Méandres je les voyais un peu…
PATRICK – Non, non ils sont un peu filous.
* rires *
HENRY – Et les Fytons ? Ils sont comment ?
PATRICK – J’avoue c’est super raciste, les noirs * rires *, les femmes c’est comme ça !!!
HENRY – Ah mais c’est pas parce qu’il a une copine Méandre que * rire *. Tu sais que la voisine, sa fille elle sort avec un Méandre ! * rires * Oh mais c’est des gens gentils. Mais les Fytons c’est quoi leur caractère ?
PATRICK – Ah les Fytons, bah c’est ceux qui servent la maison, la vaisselle et tout ça.
HENRY – C’est des esclaves, un peu ?
PATRICK – Ouais mais non, on ne les voit pas comme ça, c’est le rôle, c’est comme ça..
HENRY – C’est naturel. Et ceux qui enfantent, c’est les Plutarques ?
PATRICK – C’est les Plutarques tout à fait.
* rires *
HENRY – Et donc la race s’appelle comment ?
PATRICK – Pardon ?
HENRY – La race s’appelle comment ?
PATRICK – Oh putain.
* rires *
HENRY -T’as le droit de la réinventer parce qu’elle était pas terrible. * silence * La race s’appelle comment Patrick, cette race ?
PATRICK – Euh ce n’est pas une race.
HENRY – C’est une espèce ?
PATRICK – Oui voila une espèce extraterrestre, c’est les Fantoches.
HENRY – * rire * C’est marrant, tu peux trouver mieux ? Cette race s’appelle comment Patrick, cette espèce ?
PATRICK – Les Castos !
HENRY – * rire * Les castooooooooooos ? * rire * Ohhhhh, et donc c’est génial au niveau musical, parce que quand on pense à toutes les chansons d’amour qu’il y a eu dans nous, sur notre planète, juste pour un sexe, pour le sexe opposé ou pour le même sexe mais une seule, un seul amour, un seul objet d’amour, là c’est des chansons où tu peux à la fois parler, soit parler du temps d’amour, du coup de foudre à la Fyton pour une Méandre…
* PATRICK acquiesce *
HENRY – Mais en même temps une chanson d’amour à tes 4 partenaires.
PATRICK – Non parce que la Plutarque tu l’aimes pas ! * rire * C’est juste pour perpétuer la race.
HENRY – C’est horrible, et comment tu la choisis alors ? Pour ses qualités physiques ?
PATRICK – Ouais exactement.
HENRY – Ah, de belles hanches qui tiennent bien et tout ?
PATRICK – Non mais quelqu’un de sain, qui mange bien.
HENRY – * rire * Et tu la traites moins bien que les 3 autres ?
PATRICK – Non au contraire, non si tu veux avoir de beaux enfants il faut bien en prendre soin.
HENRY – Et le soir tu fais pas de bisous pour lui dire au revoir et tout ?
* rires *
PATRICK – C’est super long, nous déjà c’est très très long pour s’endormir des fois. Et là à 4… En fait on est en train de retomber encore dans le truc où c’est toi qui a 4 personnes en face de toi, mais en fait c’est, tout le monde se donne des bisous le soir, tu vois ?
HENRY – Cela ne t’empêche pas de leur faire la bise ?
PATRICK – Oui, oui, mais c’est pas moi qui va les voir 1 par 1.
HENRY – Mais si, mais si.
PATRICK – Non parce qu’ils viennent te voir aussi
HENRY – Oui enfin c’est un débat, non c’est pareil. Mais la Méandre tu lui fais la bise aussi ?
PATRICK – Ah oui oui.
HENRY – Ah bah voila, tu l’aimes un peu ! Elle te fait les enfants et tout ?
PATRICK – Non c’est Plutarques qui te fait les enfants.
HENRY – Et la Plutarque tu lui fais des bisous ou pas ?
PATRICK – Oui quand même.
HENRY – Mais un peu moins affectueux ?
PATRICK – Voila c’est ça. Va bien faire ton travail toi.
* rire d’Henry*

* Musique *

HENRY – Voilà Patrick, en tout cas on a été gâté t’as vu ? On a vraiment été gâté par cette communauté, et on voulait profiter de cette occasion. On était malade tous les 2, on est fatigué tous les 2, mais on tenait quand même à prendre le micro, ça fait une émission 6.5, ça va refoutre le bordel, oui ça va refoutre le bordel dans notre numérotation d’épisodes. Mais ce n’est pas grave, ça nous a fait plaisir de vous parler, on vous fait un gros bisou. Patrick tu parles un peu aux Rivieros ?
PATRICK – Ouais !
HENRY – Ah message spécial de Patrick aux Rivieros.
PATRICK – Gros bisous les Rivieros.
HENRY – * rire * À dans 15 jours, on va, on sera guéri, on va faire une cure de vitamine C, Patrick a un plus gros nez que moi, ça va prendre plus de temps. * rires *
PATRICK – Tu te mets de la vitamine dans les narines ?
HENRY – Mais moi j’ai un rhume de cerveau, comme j’ai un plus gros cerveau ça va équilibrer. Bon on vous embrasse, à la prochaine fois, parlez de l’émission, faites découvrir. Vous avez tous cet oncle qui n’a pas d’humour, faites-lui écouter Riviera Détente et whaou il se pique un fou rire, du coup vous doutez vous-même, on se fait un gros bisou, j’espère que vos membranes sont bien dilatés et on vous embrasse fort !

id ultricies libero dapibus vulputate, ut in