La Semaine du Sexe

La Semaine du Sexe

banb

Dans deux semaines, c’est à dire du 20 au 26 Avril 2009, je déclare ouverte sur henrymichel.com la Semaine du Sexe (on peut dire sex week également) : tous les posts tourneront autour de l’univers du sexe, du porno, des sites où l’on va tous mais dont on ne parle jamais, des nouvelles tendances du cul, des memes inavouables, et seront donc, pour beaucoup NSFW.

Hé oui – parler de sexe dans un blog ne se résume pas à poster des jolies pingouines ou essayer des sex toys – pour ma part je parlerai de sujets qui me tiennent à coeur, et qui sont communs à beaucoup de jeunes gens de ma génération – et dont finalement on ne parle toujours pas si facilement que cela (j’aime écrire à ce sujet, si vous voulez avoir un apéritif, relisez mon post sur Stagnetti’s Revenge).

Il y aura donc une semaine hors-série, interdite aux mineurs, comme le hors série annuel des inrocks, une grande récré festive où nous pourrons nous amuser entre livreurs de pizzas, chatelaines, et minibus tressautants.

Mais ce qui me ferait le plus plaisir, c’est que je ne sois pas le seul à choisir cette thématique – la semaine du sexe, à plusieurs, c’est mieux !

Alors que vous soyez blog de foot, blog high tech, blog de fille, blog blog blog, il y a toujours un lien entre votre spécialité et le sexe – pourquoi ne pas rejoindre la danse ?

J’adorerais voir les plumes de bienbienbien par exemple se consacrer à cette thématique, nous éclairer sur un siècle de porno, faire péter quelques mèmes du dessous de la ceinture !

Si vous en êtes, faites- m’en part dans mes coms – je n’ai pas la pression, cela ne pas être pire que ma journée de blackout total durant laquelle j’étais le seul idiot à être en noir. Une semaine en rose, ce sera beaucoup plus agréable.

Faire l’amour à Alexandria

Faire l’amour à Alexandria


(cc) by-nc-sa par dhammza

L’ami [tag]Igor[/tag] de Driven by Boredom fête en ce moment ses dix ans de dépucelage. En guise d’hommage et de bilan, il s’est plongé dans les souvenirs de son adolescence et de ces années de flirts poussés, de tentatives ratées, de premières fois, d’hésitations, de grandes victoires qui font la beauté de cet âge.

Tout autant de souvenirs qui balisent la ville d'[tag]Alexandria[/tag], Virginie, ou Igor a grandi.
Dans le but d’établir une carte imaginaire de l’apprentissage amoureux, Igor a reparcouru ces endroits clés et les a photographiés à l’aide de son polaroïd. Le [tag]polaroïd[/tag], un choix également important pour lui, car c’est avec ce même appareil que durant des années plus victorieuses il photographiera quasiment toutes ses petites amies.

L’ensemble de ces étapes balisent la ville d’Alexandria sur un google maps amoureusement préparé par Igor. Accompagnés de commentaires, ces points de repères définissent une nouvelle idée du journal intime, ou l’on parcourt le temps mais aussi l’espace.

Le grain et la chromie si particuliers des polaroïds ramènent déjà la photo actuelle au passé, et ont le dépouillement des photos de scènes de crimes , où un petit garçon innocent aurait été à chaque fois tué un peu plus pour laisser place à l’homme.

ultricies libero. dolor. felis massa commodo