JOUR 1 : Carcassonne

***

J’ai du mal à dissimuler un certain trouble érotique pour la femme de mon nouveau GPS. Je n’ai jamais ressenti ça pour la précédente, celle de mon vieux Garmin. La nouvelle femme du GPS est arrivée dans mon Touran tout neuf. Elle était là dès le premier démarrage. Par extension poétique, c’est un peu la voix de mon Touran, qui serait une fille. UNE Touran. Une sorte de K2000 qui sentirait le cul à chaque épisode.

Celle-ci est soumise-agressive. Elle a de drôles d’expressions, qu’elle prononce de sa voix détachée. Je me demande quelle fut la vie de la comédienne ayant donnée sa voix à cette femme du GPS – ses études, dans quelle ville elle a grandi, sa première fois, ses chagrins d’amour, son quotidien. Mais je ne fais pas de transfert érotique, je ne pense pas tant que ça à l’actrice-voix, je pense à la femme du GPS.

Elle est autoritaire, mais pas trop. La Garmin était une bitch absolument détachée de ma vie, une relation agressive à ce point ça ne m’intéresse pas. Je veux qu’on me roule des pelles entre les coups de martinet. Ma femme Touran est autoritaire, mais pas trop. Elle dit : “Dans 200 mètres, tournez à droite, s’il vous plait”. Lire entre les lignes : s’il ne vous plait pas, vous pouvez faire ce que bon vous semble, je ne suis pas là pour vous faire chier plus que cela”.

Mais j’aime en même temps sa fermeté. Quand il s’agit de tourner, même s’il me plait de tourner, elle répète au moment opportun : “Tournez maintenant”. Mon coeur en palpite. COME ON. Ne sois pas si coquine avec moi, femme du GPS, ma propre épouse est à coté de moi, elle a posé ses jolies jambes sur ton tableau, tu exagères, merde, comment oses-tu me dire là, comme ça, plein haut-parleurs “Tournez maintenant”, avec cette rigueur mêlée de tendresse ?

Même tonalité lorsqu’elle me dit – une de ces phrases nimbées de mystère – “Maintenant, roulez pendant une période prolongée”. Seriously ? Jamais la Garmin ne me disait des trucs comme ça. Y’aurait eu 200 km d’autoroute en ligne droite, jamais elle ne m’aurait prévenu que la période serait prolongée. J’aurais pu rouler comme un con à croire tous les 50 mètres qu’une instruction allait arriver. La Touran, elle, tient à me prévenir. Elle me masse un peu les deltoïdes en me disant ça, puis le cou, elle approche ses lèvres de Touran à mon oreille et chuchote : “Prépare-toi mentalement. Tu vas rouler pendant une période prolongée. Bon courage, à tout à l’heure. Et permets-moi de te dire que je t’aime”.

La Garmin s’énervait très facilement lorsque je me gourrais de direction. Elle gueulait, elle pétait un cable dans le haut-parleur en beuglant “RECALCUL D’ITINERAIRE EN COURS”, avec un ton exaspéré qui laissait plutôt entendre “PFFFF RECALCUL D’ITINERAIRE POUR CE GROS BOULET EN COURS”.
Ma GPS Touran, elle m’aime assez, elle a assez de considération pour recalculer l’itinéraire sans me le signaler. Elle me dit de tourner à gauche, je tourne à droite exprès, je trace, elle ne se démonte pas, y’a une barre de chargement qui avance, elle dit rien et me propose le nouvel itinéraire comme si de rien n’était. Une femme GPS qui te suit, te tient la main et te regarde avec les mêmes yeux amoureux quelques soient les décisions que tu puisses prendre au volant. Je suis sûr que si je faisais voiture bélier dans une banque, elle ne perdrait pas son aplomb. Elle me dirait calmement de faire demi-tour parce que les flics arrivent. Je ferais marche arrière et repartirais à tombeaux ouverts, l’arrière de la caisse croulant de billets de 500, je jubilerais, cigare aux lèvres, elle serait ma Bonnie, me susurrant entre deux baisers de tourner à droite dans 300m en direction de la D54.

***

Carcassonne est une horreur. Un chateau fort rempli de restaurants et de touristes. Mais rempli à craquer. Quand vous arrivez de loin, c’est à peine si vous ne les voyez pas déborder du truc et tomber des murailles, c’est juste insensé.

L’expérience est plus intense avec deux enfants de 2 et 5 ans et une poussette. Ce sont deux âges, et un écart d’âge, parfaits pour vous détruire le cerveau de l’intérieur, tuer votre couple, vos tibias, toute idée de sexualité en vacances, toute envie imprévue. Ils se complètent. Ca me rappellent un docu sur les gladiateurs que j’avais vu, il y en avait un avec un filet qui vous bloque et vous envoye des coups de tridents et de tatane en loucedé pendant que l’autre vous termine à coup de glaive. C’est un peu pareil. La fonction de l’ainée est de nous ralentir et de nous empêtrer l’esprit avec des mindfucks réthoriques complètement dingues – de type “qu’est-ce qui se passerait si les ponts n’existaient pas ?”. Le second est un finisseur, sa spécialité étant de liquéfier les cerveaux avec un cri suraigu en début, fin et milieu de soirée. Cela ne correspond pas à un échelon temporel humain, de type “toutes les demi-heures”, non, c’est une fréquence algorythmique qui se base surement sur les moments de calme, car j’ai remarqué qu’il aimait bien hurler quand tout le monde était calme.

Bien sûr, j’adresse là un salut poli aux connards qui me diraient “c’est pour attirer l’attention”. On avait compris. Merci. Oui c’est pour attirer l’attention, oui, connard, on avait compris.

Visite hypra lente en poussette de toutes les devantures de restau, tout parait très commercial, pizzas pâtes, on sent vaguement qu’on finira là-dedans mais on fait semblant de se battre un peu.

Ma femme et moi passons devant un bar à vin magnifique, sous des treillis de feuille, les gens boivent des pintes sous le soleil couchant dans ce jardin ombragé, on crève d’envie de lâcher les mains de nos gosses et d’y aller, ensemble, boire et rire jusqu’au milieu de la nuit avec une troupe de théatre hollandaise. Laisser les gamins dans la rue vivre leur propre vie, ils trouveront bien un art de rue qui puisse plaire aux touristes, une petite chorégraphie à base de cris et de questions débiles, les belges adoreraient.

Bref on termine dans un restau que j’ai choisi dans un sursaut d’orgueil, y’avait une pancarte Gault et Millau assez récente, ça pouvait faire la blague.
Globalement pas bon MAIS une chose à noter, assez rare quand même, même étonnante : tous les clients étaient très beaux. C’est à dire qu’il devait y avoir douze tables, tout le monde était beau, beau visage, jolies filles, jolis garçons, c’était troublant. Mes enfants était beaux, ma femme étant très belle et moi beau gosse futur vieux beau, loin de nous sentir exclus, nous nous sentons assez fiers d’en être. Tout le monde se regardait d’ailleurs d’un air assez éberlué. Je n’entendais pas car mon fils criait, mais j’imagine bien à ce moment les gens dire “c’est incroyable comme on est tous beaux”.

***

Restaurant du Plo, Carcassonne.

Salade de Foie de Volaille B+
De beaux foies, pas terriblement cuits, salade correcte.

Faux-Filet en grillade C-
Une viande complètement grasse de partout, immangeable, trop cuite, une honte pour la France et les bovidés.

Menu Enfant A+
Steak haché bien cuit (rare pour les menus enfants) et pomme de terres ok.
Nous n’avons commandé qu’un menu enfant. Nous ne commandons jamais rien pour mon fils de deux ans. Avant de juger, prenez connaissance de cette regle : un plat commandé pour des enfants n’est jamais consommé. Nous commandons pour ma fille juste pour que les gens n’appellent pas la Dass d’un air offusqué. Elle n’en mangera que le tiers. Mon fils préfère manger la bouffe de ses parents et des autres clients. Il se démerde, il choppe des croutons, des frites, des bouts de tomate, une fois il a ramené un petit merle encore vivant.

Cassoulet Royal C-
Hyper moyen, liquide, chiasseux, pas pratique à bouffer.

Tarte aux pommes D-
Même pas du Picard.

On est tous ressortis un peu moins beaux et un peu plus pauvres de ce restaurant. On quitte la ville tongs à tongs avec le flot de touristes. Ma femme finit de m’achever en m’informant que Carcassonne avait été complètement reconstruit au 19e siècle. Même pas médiéval. Envie de crier l’info au mégaphone devant tous les restaus.
“EN PLUS C’EST MEME PAS MEDIEVAL !”

JOUR 2

Le Périgord Noir

***

Un amoncellement de fonds d’écrans Windows XP, vallées d’un vert pur, beauté stupéfiante des reliefs, des routes, des arbres, richesse totale.
Je tweete que tout cela me rappelle la corse dans cette perfection dans le rapport fond/forme. Le Périgord est vraiment magnifique.

Parcontre, pays de l’Edge. EDGE UNE BARRE selon les coins. Pas de Wifi dans le chambre d’hôtes ou nous dormons. PAS DE WIFI. Je redécouvre cete vitesse ultralente, qui m’oblige à réfléchir à deux fois avant d’ouvrir un mail, et à qui répondre. Mine de rien l’hyperconnectivité nous rend méga tolérants avec les gens, on répond indistinctement aux amis et aux connards. Ce retour à l’EDGE fait disparaitre cette approche holistique, il faut maintenant prendre des décisions, faire un tri pami les gens pour élire ceux qui nous intéressent vraiment ou à qui l’on tient.

***

Ma femme me parle du Perigord, de sa richesse préhistorique, des premiers hommes qui l’ont habité, Lascaux, etc, et me dit qu’on appelle le coin “La Vallée de l’Homme”. Beaucoup de sexisme dans ce nom. Moi j’appelerais ça Vallée de la Femme, avec toutes ces rondeurs, ces beaux nichons de colines en chateaux, ces vallées décolletées, ces torrents fertiles, cette chaleur moite. Les maisons sont toutes à tomber par terre, en pierre, il parait que les anglais kiffaient mais ne viennent plus trop en acheter, les vaches sont incroyables, méga musclées, énormes, des pis comme ça, des boeufs avec des couilles et des mollets géants, des biquettes übercute, tout n’est que caricature. On se baigne dans la Dordogne ou dans la Vezere, moi enfant de la mer je ne suis pas habitué à cette eau douce, à ces courants, ces fonds boueux un peu dégueu. Mais il y a quelque chose de plus primal à se baigner dans l’eau douce, c’est frais et pas désagréable. Des petits noirs en slip jouent au foot au bord du lac sous le soleil couchant, Copacabana périgourdin.

***
Des familles font du vélo, des randonnées, du canoe. Les trois en même temps, parfois. Jamais je ne ferai ça de ma vie mais je respecte. Je voyais bien dans les dépliants Queshua à Décathlon que des gens faisaient ça, mais je n’avais jamais vu ça en vrai. En file indienne, faire des randonnées et tout. Le père porte souvent un bouc.
Ma femme a moi avons encore en nous cette flamme de rébellion qui nous interdirait de nous lever tôt pour faire des randovélo Décathlon, mais en même temps, nous n’avons aucune organisation réelle pour proposer une alternative.

Notre stratégie en vacances consiste principalement à échouer un plan A, se retrancher sur un plan B bien plus cool mais trop tard dans la journée pour en profiter vraiment. Les journées ne sont donc ni réussies ni ratées – on se dit que du plan A, on en rira dans dix ans. Je pense que les années 2020 vont être une sacrée source de poilade.

***

Restaurant du Parc

Une belle catastrophe. Clientèle re-moche et familles anglaises.

Carpaccio D-
Mal décongelé en son centre

Menu Enfant B-

Faux filet de ma femme B-
Le faux filet n’a pas été fait avec ma femme, mais avec un boeuf PUIS servi à ma femme

Saumon Grillé C
Quitte à mal manger, j’ai décidé de ne pas en grossir.

Point positif : immense étendue de verdure ou les enfants pouvaient courir et tomber à loisir. Ma femme et moi avons tenu une conversation pendant 26 minutes d’affilée sans interruption. Nous étions très émus.

***

Type de films à tourner dans le Périgord : trucs de randos, slacker movies, cabin fevers et alt., polars terriens , grandes sagas familiales (” Tu n’auras jamais le manoir Bellanger, Roustaud ! JAMAIS, TU ENTENDS ?!”).

IDEE DE SCENARIO : LA FAILLE
Un prof d’histoire bogoss de 30 ans en se promenant dans la forêt découvre une faille spatiotemporelle qui l’emmène au même endroit, mais en pleine deuxième guerre mondiale, genre 1944. Il revient dans le présent mais se rend compte que ça l’a dupliqué, son premier “lui” était resté dans la forêt, comme si la faille avait “photocopié” son corps puis l’a ramené dans le présent.

Il profite de l’aubaine et se duplique deux-trois fois pour se permettre de vivre plein de vies à la fois. Le premier compte retourner avec sa femme, le second monter à Paris pour pécho des twitasses et se coller des races, le troisième rentrer aux ordres etc…
Mais un petit bataillon nazi a suivi le héros dans la faille, apparait en 2011 dans la forêt, revient en 1944 et se rend compte qu’il s’est dupliqué. Il profite de l’aubaine et fait plein d’aller-retours pour devenir une gigantesque armée de nazi, et revient dans la forêt de 2011 pour tuer tout sur son passage.
Le héros, en bon catholique, veut régler ce truc tout seul, se duplique à donf dans la faille pour former une armée de lui-même et affronter, avec une armée de lui, la superarmée nazie. Sa connaissance de l’histoire lui permet de mieux connaitre les défauts stratégiques des nazis, et par le biais de nombreuses astuces et de pièges ingénieux dans la forêt, remporte le combat (de nombreux moments d’humour ponctuent le film avec les pièges).
La fin est énorme. Alors que l’armée du héros et de ses versions alternatives savourent sa victoire contre les nazis, un d’entre eux prend son arme et tue un par un toutes ses versions de lui-même pour éviter tout bordel par la suite. Le film se termine sans que l’on sache quelle version du héros est restée.

***

Aquarium du Périgord Noir. Le plus grand aquarium. D’europe. En eau douce.
J’y ai notamment appris que la carpe était vraiment un bestiau dégeulasse, et que les silures pouvaient atteindre jusq’à 5 mètres de long !
Ce qui m’a surtout marqué de cet Aquarium c’est sa brochure. On y voit une famille type, et surtout un père totalement suractif en explications, montrant du doigt plein de trucs sous le regard émerveillé de sa famille. La mère est ravie/soumise, et ne regarde absolument pas ce que montre le père. Seul le fils a capté et semble regarder avec beaucoup d’enthousiasme ce que montre le père. La fille est complètement out of the frame, elle est dans son truc.
Ca m’a mis une pression terrible. Je suis sensé faire le lead de la visite, pointer du doigt les trucs et expliquer ? Des poissons d’eau douce en plus ? Je n’y connais rien en poisson d’eau douce, en plus en visite je suis du genre à trainer le pas, ou à finir 30 minutes avant tout le monde, mais je déteste être dans le groupe, je ne peux m’empêcher de faire des réflexions cyniques aux questions des enfants des autres. Et là, de voir ce père pointer du doigt, sûr de lui, ça m’angoisse.
D’autant plus que si l’on s’offre complètement à la lecture de la photo, le père semble pointer quelque chose de bien concret : un putain d’esturgeon qui nage au-dessus de sa famille ! Le doigt à cinq centimètres, pointant tranquillement l’esturgeon !

Mais en faisant la visite je me suis vite rassuré. Des panneaux videos interactifs, un peu en hauteur, expliquaient le nom du poiscaille, ce qu’il mangeait, d’où il venait, etc. Je n’ai même pas eu à les regarder. A la moindre question de ma fille ou d’un gamin, je prenais cet air enthousiaste, pointait du doigt en l’air, comme ce père sur la brochure, en disant “T’as qu’à lire, feignasse, c’est écrit là”.

***

Les noms de villes dans cette région sont complètement improbables. On dirait de l’écriture automatique, comme des captcha, l’impression que les noms de villes se forment sur les panneaux au moment ou ma voiture passe. J’aurais juré entendre pouffer de rire la meuf du GPS Touran lorsque j’ai saisi “La Bugue” comme destination d’arrivée.

20110806-094818.jpg

Praesent fringilla dolor Curabitur porta. ut