Oui, tel un astucieux pescadou déversant sur votre table basse rascasses, roucaous, galinettes et autres délices. Liens à la volée, morceaux de trucs, chutes, et addendi de posts précédents.

Midem : Bonus DVD

Les Hackers

J’ai pu couvrir le MIDEM pour Slate ( PART ONE et PART TWO ). Les deux papiers racontent le principal du MidemNet – je n’ai pas pu m’attarder cependant sur le profil de chacun des hackers. Leurs noms sont dispos sur le site du Hack Day. Venus spécialement à Cannes pour l’occasion, c’était un peu la crème de la crème des éditions précédentes – s’intéresser quelques secondes à l’un d’entre eux vous entraine dans une spirale infernale de liens et de projets passionnants.
Mes trois chouchous : la seule fille de la bande (en tout cas sur l’édition du Midem), Hannah Donovan, la creative director de Last.fm, qui à côté de son joli job semble avoir plein de projets créatifs. Son blog mérite la visite. On y apprend notamment qu’il existe un evenement intitulé /dev/fort , qui consiste à enfermer dans un fort sans connexion internet des développeurs, qui auront pour mission de créer…un site internet, et le plus pertinent possible. La contrainte les oblige à préparer parfaitement en amont l’agencement et la collection de data, et faire preuve d’un sens aigu de la gestion de projets. En cas d’urgentissime besoin d’internet, pour chopper un truc manquant, c’est trente minutes de marche pour chopper un mince filet d’Edge à flanc de colline. Jolis récits à découvrir.


Hannah Donovan & Matthew Ogle (cc Thomas Bonte)

On a découvert également Matthew Ogle, qui était “head of web product” chez last.fm jusqu’à Septembre dernier, et profite de quelques mois sabbatiques pour poursuivre de multiples projets dans la dev associée à la musique. A l’instar de Matt, la plupart de ces music hackers sont employés ou anciens employés de beaucoup de ces sites que nous connaissons : last.fm, soundcloud, musescore, songkick, the echo nest – et ex.fm, que je ne connaissais pas, et qui vaut vraiment le coup si vous êtes amateur de blogs mp3. Cette extension Chrome crawle tous les fichiers mp3 présents sur une page, vous les met en file d’attente le temps de votre navigation, sans les télécharger. Vous les écoutez en streaming, séparez le bon grain de l’ivraie, et votre sélection est affichée sur votre page sociale ex.fm – une sorte de last.fm du streaming de blog indie.
Autre profil attachant, celui de Ben Fields,  DJ de Drum’n’Bass et accessoirement thésard à la London University. Le pitch de sa thèse semble traiter d’un générateur de la playlist parfaite, générée par une matrice aspirant toutes les données sociales, musicales et systémiques possibles.

Un grand moment de solitude

Dans le premier papier sur Slate je raconte :

L’amour soudain du secteur pour le web s’affiche sur la scène même des conférences: sur l’écran, les intervenant partagent la vedette avec une timeline Twitter dédiée au Midem. Dispositif potentiellement incontrôlable, qui se solda évidemment en première matinée par de rocambolesques situations —des tweets pipicaca défilant dans le dos d’orateurs en train de louer la toute-puissance des utilisateurs de réseaux sociaux.

En réalité j’étais un peu plus impliqué que ça dans l’incident. C’était la première conférence de la première journée du MidemNet, le truc avait commencé depuis 5 minutes à tout casser, et je tweete :

Very very bad idea. En 5 minutes, le stream entier du livetwitt Midem est complètement pollué par les jokes. Lorsque l’ami Sened se met à twitter “Coucou @HenryMichel, tu veux voir ma bite ?”, je m’enfonce dans mon siège et retourne mon accréditation en mangeant mon poing. Le twit est retwitté plusieurs fois, et l’appli qui sert le livestream fait PILE A CE MOMENT LA plusieurs boucles – le supplice est terrible. A tout moment j’imagine l’organisateur du truc demander au micro “BON QUI EST HENRY MICHEL ?” et que l’on me pointe du doigt en me jettant des clés usb à la gueule. Pour ne pas aggraver la situation, je ne twitte plus et ne réagis pas aux jokes. Au bout de 15-20 minutes, le truc se calme.

Une pensée amicale pour le photographe officiel du midem qui a joué de tous les angles possibles pour photographier la scène sans capter les twits orduriers en background. Seule une twitpic témoigne du truc. Gros LOL rétrospectif.

Ricky Gervais

De Ricky je ne connaissais que les film, The Office UK, et les présentations des Golden Globes. J’ai découvert tout d’abord le Ricky Gervais en stand up – avec le spectacle “Out of England 2 – The Stand Up Special“, enregistré à Boston en 2010. Bon, certes c’était en retour de soirée arrosée, c’était la nuit, j’étais crevé, mais j’ai jamais autant frôlé la mort par rire qu’en regardant ce truc. Le passage dédié à l’arche de Noé m’a arraché des larmes grosses comme le poing. A mater dans l’ordre – je vous ai calé la premiere vid là ou il fallait.

[HTML1]

[HTML2]

[HTML3]

Gervais fait allusion pendant un passage à Karl Pilkington, lisez sa fiche wikipedia – c’est un de ses comparses d’émissions radios et podcasts, une sorte de garçon un peu simplet capable d’aphorismes fulgurants et de réflexions vandammesques, tellement singulier (beaucoup croient qu’il joue un personnage) que Gervais en a fait le personnage principal de ses shows radios (dont le Ricky Gervais Show, mises en images animées de ses podcasts diffusées sur HBO, en ce moment c’est la saison 2). C’est accessoirement le gars qui fait le plus rire Ricky, qui le qualifie de mec le plus drôle d’Angleterre. Et le rire de Ricky est très communicatif.

Simon Garfunkel

Old link Feat Chris Rock & Tracy Jordan & Paul Simon – Tracy Jordan a une tête d’abruti absolu.

[HTML4]

American Idol S10

Le post sur Johnny m’a complètement décomplexé, et je le dis tout de go : les premiers épisodes de cette saison 10 d’American Idol sont tout bonnement excellents. Je m’attendais vraiment au contraire, le départ de Simon Cowell l’enflure de service laissant peu de perspectives sur l’avenir du show. En en fait, de par l’apparition de ce jury gentil, composé de Steven Tyler d’Aerosmith, Jennifer Lopez et Randy Jackson, le show se concentre plus sur les talents, et moins sur les boulets.
Pourquoi aimer American Idol ? Il y a cent fois plus de talents dans vingt minutes d’émission que dans toutes les éditions de la Nouvelle Star réunies – cette dernière émission ayant à ma grande surprise toujours bénéficié d’une sorte de protection auprès du public branché. Sans aucune raison valable. C’était de la merde.
Ce que j’aime dans American Idol, au-delà de l’aspect purement chanson qui finalement m’est assez anecdotique, c’est que je ne connais aucun autre show nous montrant autant  les américains. Surtout dans les premiers épisodes, qui sillonnent tous les états unis, s’attardent dans les foules de milliers de participants, et dans lesquelles on perçoit la force, la fierté, le pathétique, le superficiel, le courage, la pauvreté et la superbe du peuple américain, de St Louis à Nashville, de Milwaukee à Los Angeles.

Ioudgine

Congrats à Helene/ioudgine qui écrit comme une grande et va réaliser comme une grande  une websérie pour Arte (ARTE, QUOI) intitulée 60 secondes – 60 épisodes d’une minute, diffusés sur Facebook je crois à partir du 1er Avril. C’est la meilleure, ça va être top, vous l’aurez lu ici en premier. En parlant webséries, je vous invite à suivre Web Television Observer, kudos à l’ami Dan Benzakein.

Craypion d’Or

On a déjà une idée très précise de ce que seront les prochains Craypion d’Or Saison 2. Ce sera top. Et plus tout à fait là où on nous attend.

neque. Phasellus mattis libero et, suscipit at ipsum