banspopar1

Vous aviez aimé la saison dernière mes 5 playlists Spotify de la semaine ? Vous adorerez la Spotify Party. Encore plus de playlists, de Lol, de bizarreries, de méga bonne musique, on se croirait sur NRJ dans les années 80 tellement cette certitude est forte, vous en tremblez tellement que vous avez peine à cliquer pour voir cette page dans son intégralité.

Avant-propos : Spotify sur Iphone, Spotify premium.
Vous trouverez déjà une myriade de tests sur Spotify sur iphone (je vous conseille celui de Imtherookie, et son tumblr qu’il n’est plus besoin de présenter, et du plus underground presse-citron).
C’est une tuerie absolue qui en une semaine a déjà remplacé complètement mon ancienne pratique de la musique.
N’ayant qu’un Iphone 8 gigas, j’ai déjà vidé 95% de mes mp3 pour donner la primeur de mon disque dur aux fichiers caches de Spotify. Mais visiblement, le cache, je n’en ai pas tellement besoin.

J’ai lu quelques critiques sur le réseau 3G parisien (mais j’imagine que le métro ne rend pas les choses simples), mais là où je suis (Cannes et sa région), en une semaine d’écoute 3G, je n’ai eu que deux coupures sur mes trajets , de 3 secondes chacune.belkin

Le matin, je récupère mon iphone ayant chargé et éventuellement mis en cache mes sélections nocturnes.Dans la voiture, je le branche à mon Belkin Tunecast, un engin dur à apprivoiser mais qui marche bien quand on l’a pigé : trouver une station FM vide sur son autoradio, la rentrer dans le Tunecast qui émettra le son de votre iphone/ipod avec une qualité fort convenable, surtout avec Spotify  (on remarque nettement la différence de qualité, c’est peut-être psychologique, mais cela n’a jamais autant boosté dans ma caisse que depuis le son vient de Spotify).

Et en roue libre, écouter absolument tout ce qui vous passe par la tête, quand vous voulez, où vous voulez. La liberté totale. Une vraie , vraie révolution pour moi.

Spotify Party !

Depuis ma première sélection spotify en Avril dernier, les sites de partages de playlists en ligne sont pléthore. Difficile de s’y retrouver au vu des sélections actuelles, beaucoup de déchets, soit sombrant dans les tops banalissimes, soit pêchant par manque de thématiques sexy.

Qui s’y met ?

Certains sites musicaux se sont bien approprié Spotify. Parmi ceux-ci, je vous avais déjà parlé des très fréquentes sélections de The Quietus. Stick and Stones a inventé les Stix, Mixtapes Spotify, avec un selector différent chaque semaine.
L’incontournable Pitchfork fait figure de bon élève, avec une rubrique “Staff Lists” dans laquelle la rédaction publie des tops ambitieux mais hélas un peu trop monstrueux pour que je les apprécie vraiment : des top 100, voir des top 500 ! Il n’y a pas de quantité standard pour une playlist, mais j’estime qu’une bonne playlist ne doit pas dépasser deux heures d’écoute (il y a plein de raisons à ça mais je ne m’étendrai pas là-dessus maintenant). A ce stade Pitchfork, sélectionnant des albums entiers, vous propose plutôt des catalogues, des bibliothèques, à garder en fondamentaux pour y venir de temps en temps.
A en garder 2, je vous conseillerai tout de même leur Top 100 albums of the 1990’s [HTML1], qui m’a surpris dans la sélection, et m’a tiré quelques larmes de bonheur. Le Top 100 albums of the 1970’s [HTML1] est également excellent, mêlant dans la danse Devo, Bowie, Hendrix, le Velvet, les Stones, Television (<3), bref que du bon.

La mixtape à 675.000 dollars

Ecrans et Numerama, entre autres, vous avaient parlé de l’histoire étonnante de Joel Tennenbaum, condamné à payer une amende de 675.000 dollars par la R.I.A.A pour avoir téléchargé une trentaine de morceaux. La playlist est bien sûr devenue culte, proposée immédiatement à téléchargement sur tous les sites torrents et consorts. Ironie du sort, la voilà sur Spotify solution…leggit, [HTML1] comme on dit. Une playlist très Skate 2000, absolument pas innovante, mais qui a une valeur documentaire.

En terme de pirates, on préferera les pirates FM du film “The Boat that Rocked”, dont la B.O recèle quelques time capsules fort goutues.

Series Galore

Et maintenant, une bonne ventrée de B.O de séries, amoureusement compilées par des fans. On passera rapidement la total playlist de Scrubs [HTML1], avec de bons choix mais sans grande unité. On s’attardera déjà plus sur celle de Buffy The Vampire Slayer [HTML1], peuplée de merveilles rocks et décomplexées (BJM, misfits, hellacopters) et autres raretés.

En parlant de Vampire, on tendra son cou avec une ferveur toute particulière à la playlist True Blood [HTML1], joignant la soundtrack officielle à toute l’illustration musicale de la Saison 1 . C’est un délice au gout cuivré, qui sent l’Amérique à plein nez, le bayou, de grand moments de country métalleuse, de folk et d’Americana.

Si la country vous parle, vous serez forcément ému par l’ouverture de Stonewall Jackson pour la playlist de la série Breaking Bad [HTML1]. On y retrouve tout l’exotisme des aventures de Walter White – avec une pointe de sélection mexicana (on se trouve à Alburqueque, nouveau mexique après tout) pour regarder la grippe A d’un air plus léger.

Une playlist drôle et tellement expressive – c ‘est celle des Sopranos [HTML1], où l’on reconnait l’univers de Tony : des hits rock ’70 lui rappelant sa jeunesse folle et libre, matinés de bons vieux hits des années 50, faisant le lien avec l’univers mafieux italo américain, Dean Martin et Sinatra en  tête de gondole  (pas vénitienne, sicilienne).

Mais la meilleure des playlists Tv de ce mois-ci, c’est la mienne – pour laquelle j’ai compilé la soundtrack de Sons of Anarchy [HTML1]. Si vous n’avez pas envie d’enfiler votre casque et de partir en Harley dans un nuage de poussière en écoutant ça, c’est que vous n’avez pas de coeur. C’est une tuerie, un monument du rock de biker, qui commence par deux bons coups de batte dans les genoux – Year Long Disaster. Toute au long de cette sélection, taillée pour la route, vous croiserez quelques bons cinglés en santiags (Fu Manchu, The Black Keys), et connaitrez pour sûr votre grille de blues par coeur, au risque d’y laisser quelques dents.

Insert Coins

On termine avec une sélection de 4 playlists taillées pour les gamers.
Les aficionados de GTA : Vice City se souviennent avec nostalgie de la station de Radio Emotion 98.3, qui accompagnait musicalement aux sons rétros de Toto, Roxy Music ou Kate Bush nos tueries et fusillades sur front de mer. La playlist Emotion 98.3 est là.[HTML1]

Et si, comme moi, vous avez fait le Vietnam, enfin le Battlefield Vietnam, on peut également trouver la B.O de nos plus beaux combats avec cette playlist [HTML1] qui ne déplaierait pas à Tony Soprano : Jefferson Airplane, Creedence Clearwater Revival, Deep Purple, Canned Heat, bref une bonne pizza classique 70’s avec son topping napalm.
Les puristes du jeu video, forcément vieux, se battront jusqu’au dernier souffle pour ériger Wipeout comme premier jeu présentant une B.O digne de ce nom. Bonne je ne sais pas, mais en tout cas une sacrée madeleine de Proust pour les gars de ma génération : The Prodigy, Orbital, les Daft, Sasha…une époque. La playlist Wipeout [HTML1] (je la trouve courte) est ici.

Allez, terminons dans la nostalgie avec la série des Tony Hawk Pro Skater en playlist [HTML1], ficelée bien comme il faut pour l’époque, avec Primus, Papa roach, Fu Manchu, les Dead Kennedys…et CKY. CKY, ou Camp Kill Yourself, ou le groupe adoré par Bam Margera – qui en fit le nom de ses premières vidéos protojackass. Quelle tristesse de l’avoir vu se fourvoyer autant et faire de son père une multinationale.
J’étais fan absolu de CKY (la série video). J’avais ensuite capoté sur Jackass, à l’époque c’était la galère pour les télécharger. J’avais acheté sur ebay à un mec d’Hawaii la totalité de la première saison en VCD. Quand j’avais reçu l’enveloppe mousse, j’avais un trésor entre les mains.
Bref – pour finir cette sélection, je vais me replonger en ces temps bienheureux, où Bam filait la première raclée à son père, un des plus beaux fous rires de ma vie de jeune homme. Enjoy your playlists.

[HTML2]

libero ut Lorem sit ut dictum quis, nunc ipsum