banspotgen

Quel bonheur absolu. Quel bonheur à le faire, sans déconner. On a énormément de boulot avec ces 5 playlists, et un week-end de 3 jours ne vous sera pas de trop pour tout écouter. Je vous fait le serment que vous aurez plus de chances de vous endormir heureux.
Cette semaine,  les résultats du #worst15, et 5 pépites : de la folk anglaise baignant dans le cidre: la scrumpy, la saison 2 de Chuck, ma contreproposition pour la saison 2 de Chuck, la tant attendue Road Soundtrack de la tournée Craypion’09, et nous resterons en angleterre avec le très étonnant Rhythm Festival. Allez, au boulot.

Résultats de mix : Les artistes que vous aimez le moins

Lors de ma précédente fournée, je vous avais fait partager 15 titres que je déteste, et vous avais invité via twitter à me communiquer vos #worst15 persos. Mine de rien, vous avez été 9 à avoir amoureusement préparé votre worst 15, et je tenais à vous remercier : IMTheRookie (vodkaster.com),  yomz, Marsellus (aka alex hervaud), vnz (je ne sais plus si c’est vinz), Pingolin, mememoi, alphoenix, anousonne et fldoyez.

Ca été vraiment bidonnant de lire vos sélections, et s’il y a des désaccords profonds sur certains noms (ne citons que Hubert Félix Thiefaine que j’avais mis dans mon worst15), il y a aussi quelques noms qui font l’unanimité.
Voici donc les résultats du #worst15 2009 élu par un jury de 10 internautes sur spotify :

class
Bravo à Christophe Mae et Michel Sardou, pour avoir généré selon notre jury les pires chansons de Spotify.
Personnellement je suis surpris de cette haine pour Christophe Mae, dont je n’écoute pas les chansons mais qui me semble être un garçon plutôt simple et sympathique. Alors que Sardou lui, a la vrai gueule de l’emploi. The Evil Guy, la partie impardonnable des meubles à disques de nos taties.

S’ensuit un classement logique manifestant les quotas de gens de gauche dans notre jury (qui détestent carla bruni), des gens de droite (qui détestent cali), des personnes ayant l’oreille musicale (indochine, lorie), et des types ne supportant pas d’écouter un morceau plus de 600 fois en un mois (james blunt). Je regrette juste qu’aucune fille n’ait soumis de playlist. Mais au regard des commentaires de mon blog, on est beaucoup entre hommes ici. Peu de filles viennent et commentent. Ce qui me rend assez malheureux d’ailleurs.
Il y avait perspéphone mais c’est un coeur d’artichaud bloguistiquement parlant.

Pour se consoler, envoyons les 5 brûlots de la semaine (j’adore le mot brûlot et je comptais bien l’utiliser aujourd’hui) :

Découvrons la Scrumpy avec les Wurzels par HenryMichel

L’histoire de la Scrumpy Music et du groupe The Wurzels sont liées comme la Bossa Nova l’est à Antonio Carlos Jobim : son inventeur en est le principal pourvoyeur. C’est peut être pire pour la Scrumpy music, car ce genre musical régional issu d’angleterre est encore très peu numérisé, et n’a connu qu’un seul ambassadeur : Adge Cutler, et son backband les Wurzels.
La Scrumpy, dont le nom est un argot pour le Cidre, est née dans le comté de Somerset et en porte profondément l’accent. Adge Cutler et son groupe hantent les pubs du Sud Ouest de l’Angleterre pendant les années 60 et connaissent un succès régional remarquable.

Leurs chansons sont reconnaissables par un humour potache, l’usage d’un patois bien de chez eux, et le cidre qui vole de table en table, avec de légers accents du Tyrol dont j’aurais beaucoup de mal à vous expliquer la raison.
Un soir de 1974,  en revenant d’un de ses concerts, complètement imbibé de cidre, Adge Cutler se tue en voiture.
C’est alors un défi pour les Wurzels de se relever de cette terrible épreuve, de boire un petit cidre pour se remonter le moral, et de reprendre la route.

wurz

Leur style s’élargit et les pantalonnades à boire qu’ils composent deviennent plus mainstream – et c’est justement le succès qui les attend en 1976 avec la chanson “The Combine Harvester”, qui devient n°1 dans les charts anglais pendant deux semaines, faisant la nique à tout le monde (1976 fut quand même une sale année pour les charts anglais, car une semaine après ce fut Demis Roussos qui performa).

Cette mini playlist vous propose donc votre premier apéro au cidre en compagnie des Wurzels, où vous apprécierez l’évolution de leur oeuvre. En fin de sélection, je vous laisse découvrir un autre groupe de Scrumpy,The Yetties, qui officièrent notamment sur la BBC2 via une série musicale intitulée “Cidres et Chansons”. Ca ne s’invente pas.

Craypion On The Road par Estamox

Durant ces deux derniers mois, Jean-René Craypion, notre consultant Web 2.0, a parcouru la France entière pour dispenser ses cours de coaching sur les nouvelles technologies du web et de l’internet. Sa dernière sélection Spotify ayant eu un succès énorme, beaucoup d’entre vous m’ont demandé de réclamer à Craypion sa playlist de roadie. Ce qu’il m’a transmis avec enthousiasme.

S’ouvrant, bien evidemment, par un inévitable Steppenwolf, cette playlist vous emmènera très loin, aussi loin que la Xantia de Jean-René l’a porté par delà les régions et les affluents de notre beau pays.
Toujours ancré dans la période 70-80, de New Order à Lucio Battisti, de Robert Palmer à Mötörhead, c’est tout le génie de Craypion (et de notre selector Estamox) qui s’exprime ici. Enjoy.

Chuck saison 1 & 2 par Turtlesfr

Grand débat idéologique en perspective. Un fan de la série Chuck a très gentiment compilé toute la soundtrack des deux saisons dans cette exhaustive playlist spotify.
Cette playlist a le mérite d’être absolument fidèle à la série , assez mal foutue.  Elle comporte de vrais morceaux de bravoures, des 80’s comme Huey Lewis, Toto, Rick Astley, et des choix branchouilles très sages , allant de Bon Iver à GlasVegas, en passant par Hot Chip, The Fratellis, Franz Ferdinand, etc…

La série Chuck, dont j’ai regardé moi aussi les deux saisons, a deux défauts énormes : elle a le générique le plus pourri (image + musique) de l’histoire des séries U.S, et son personnage principal n’est tout simplement pas écrit. Il n’est pas mal écrit, il n’est pas écrit du tout.

Le garçon endure mollement les pires aliénations mentales et physiques, il se fait allumer par une bombe atomique affectivement très instable, sa vie est devenue un cauchemar, et tout ce que l’on obtient de lui sont des plaintes molles et absolument excisées de toute violence, de toute révolte, de tout désir.
La musique qu’on lui prête a également ces défauts : une sélection bien comme il faut, un chouïa trop jeune pour l’âge du personnage, absolument lisse, sans la moindre surprise. Donc le gars en charge de la soundtrack a accompli son job, mais une sélection plus impactante aurait pu transformer le personnage à nos yeux.
Réveille toi Chuck ! on veut le voir bander, filer des coups de boules, envoyer bouler sa grognasse, crier, casser des vitres, un peu de nerfs !

Alors j’ai voulu m’y mettre et propose donc une contreplaylist Chuck :

The Real Chuck : la contreplaylist par henrymichel

11 titres me suffisent pour vous montrer un petit peu où l’on aurait pu mener chuck, pour amener au personnage une platine plus indie, plus fissurée, plus sexe et donc plus passionnante. Pavement, Sonic Youth, Pulp,The Mae Shi, sous fond d’espionnage et de bravoure pompier. A ce titre, ne ratez pas le premier morceau de la playlist, une reprise fanfare de Las Ketchup, un petit bijou, très digeste après les cidres des Wurzels.

Rhythm Festival 2009 par Therhythmfestival

Restons en Angleterre. Clapham, dans le Bedfordshire. Ses champs, sa jeunesse désoeuvrée, ses familles fatiguées par la vie, et Jim Driver.
Jim est le Directeur du Festival Rhythm, dont la 3e édition aura lieu les 21 et 23 Aout prochains.
Le pitch du Rhythm festival, détaillé par Jim sur le site , est grossièrement le suivant : “salut les petit clous, j’en avais marre de tous ces festival boueux avec tous ces jeunes qui se droguent, se bousculent, et cette musique boum boum boum. J’ai voulu faire un festival familial, avec de la bonne musique, où on peut amener ses gosses, où y’a des milfs qui se nouent les cheveux en dansant, et du bon Cidre”.

Une telle idée, dans 98% des cas, donne en général des festival de province catastrophiques. Mais dois-je vous rappeler que nous sommes en Angleterre, la mère patrie du génie musical ?
Jim a eu l’idée de publier une playlist des artistes de cette édition 2009 du Rhythm festival, pour la plupart des pointures et moyennes pointures de folk, blues et rock psyché.

Et vous savez quoi ? CETTE PLAYLIST EST UNE TUERIE ! C’est un miracle, ça tient à rien, mais le dispositif est juste parfait – Thin Lizzy, Billi Jenkins, Terry Reid, et le groupe qui fait le générique des Sopranos, et plein d’autres petits pépés de 50 ans qui envoient la sauce parce qu’ils ont tout compris de la vie, qu’ils savent qu’à 18h00 ils remballent, et parce qu’ils ont un verre de cidre frais au pied de leur chaise.
J’ai 30 ans mais je cède, et m’avance vers eux les bras tendus, allez vous faire foutre bandes de jeunes de 20 piges avec vos blogs à la cons, je veux mâcher un brin d’herbe, je ne veux plus me forcer à écouter fluokidz pour ne pas vieillir.
Cette playlist est une merveille, j’ai envie de partir avec ma femme et de marcher pieds nus sur la pelouse de Clapham, et de serrer la main de Jim Driver pour lui dire merci.

mattis pulvinar Praesent Nullam et, ante. libero. Donec non odio id libero